mardi 19 avril 2016

USA: 11/9, entendez-vous ces craquements sinistres qui précèdent l'effondrement général ?

C19041609:55 - «Si nous permettons que des individus aux Etats-Unis puissent systématiquement poursuivre en justice les autres gouvernements, alors nous permettons également que les Etats-Unis soient continuellement poursuivi par d’autres pays», a déclaré Obama dans une interview à la chaîne américaine CBS cité par RT France.


En sommes, pour Washington, le problème n'est pas que des citoyens américains poursuivent les autorités de Ryad mais que la moitié (sinon plus) de la planète attaque en justice l'Amérique.


L'effondrement concret de l'Occident (et pas seulement des USA) commence à prendre forme. Le chantage de Ryad sur Washington est de même nature que celui d'Ankara sur Bruxelles: dans les deux cas, il s'agit d'une remise en question radicale de la suprématie occidentale. Jamais de telles chantages n'étaient imaginables il y a seulement quelques années, voire quelques mois. 

Nous devons, à ce point, mentionner également la remise en question de l'OTAN de la part de Trump et de Sanders, les deux outsiders des primaires US. Ainsi que l'affirmation (militaire) de Pékin en Mer de Chine, le pivot pro-russe du Japon, sans parler des libertés de plus en plus grandes de la Russie vis-à-vis de son agresseur préféré aussi bien en Syrie, qu'en Mer Noire et en Mer Baltique.

Autant de craquements assourdissants qui résonnent à nos oreilles... sans que nos responsables politiques ne se remettent eux-mêmes en question.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Washington : l’Arabie saoudite n'a aucun intérêt à déstabiliser l’économie mondiale

RT France, le 19 Avril 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 19 Avril 2016


___________***__________

Selon la Maison Blanche, l’Arabie saoudite ne donnera pas suite à sa menace de vendre 750 milliards de dollars d’actifs américains et qu'une loi permettant de tenir Ryad responsable des attentats du 11 septembre 2001 ne passerait pas le Congrès.
le ministre saoudien des Affaires étrangères a mis en garde les Etats-Unis
En mars dernier, lors de sa visite à Washington, Adel al-Joubeir, le ministre saoudien des Affaires étrangères, avait mis en garde les Etats-Unis : l’Arabie saoudite vendrait la somme de 750 milliards de dollars de titres du Trésor américain et d’autres actifs si le Congrès votait un projet de loi imputant la responsabilité de Ryad dans les attentats du 11 septembre 2001.
préserver la stabilité du système financier global
Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a néanmoins précisé que le président américain, Barack Obama, ne supporterait ni ne signerait le projet de loi, ajoutant que l’Arabie saoudite devait reconnaître son intérêt, commun à celui des Etats-Unis, de «préserver la stabilité du système financier global», rapporte Reuters.
rôle présumé dans les attentats du 11 septembre
Barack Obama, qui se rendra en Arabie saoudite cette semaine, a expliqué qu’il s’opposait au projet de loi du Congrès de poursuivre l’Arabie saoudite pour son rôle présumé dans les attentats du 11 septembre dans la mesure où cette loi pourrait exposer également les Etats-Unis à des poursuites judiciaires engagées par d’autres pays.
«Si nous permettons que des individus aux Etats-Unis puissent systématiquement poursuivre en justice les autres gouvernements, alors nous permettons également que les Etats-Unis soient continuellement poursuivi par d’autres pays», a déclaré Obama dans une interview à la chaîne américaine CBS.
une tentative de chantage
Aux Etats-Unis, la menace brandie par Ryad est considérée comme une tentative de chantage, puisque la vente de ses actifs américains pourrait nuire à la monnaie saoudienne, laquelle est étroitement liés au dollar.

La plupart des dix-neuf terroristes du 11 septembre 2001 étaient des citoyens saoudiens. L’attaque a été préparée par le groupe terroriste Al Qaeda, à cette époque basé en Afghanistan. En revanche, aucune enquête américaine à ce jour a pu prouver que le gouvernement saoudien était aussi impliqué dans l’attaque.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Est-ce la fin ?

Paul Jorion - Le temps qu’il fait le 24 novembre 2017