lundi 4 avril 2016

Panama: élections US, un "Panama Papers" de la CIA pour contrer "l'email-gate" du FBI

A04041606:10 - " Le Monde, qui a participé à l'enquête, détaille notamment le rôle joué par le violoncelliste professionnel Sergueï Roldouguine, parrain de la fille Maria du président russe" rapporte Le Figaro citant une enquête coordonnée par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) de Washington.


Comme si les paradis fiscaux servaient à autre chose qu'à l'évasion fiscale et au blanchiment de l'argent du crime organisé, y compris par les Etats eux-mêmes puisqu'ils en sont les garants. 

Cette vaste opération médiatique d'intoxication (une de plus) de l'opinion publique survient au moment où l'establishment US est en proie à une crise existentielle liée à la campagne ravageuse du favori des primaires républicaines, Donald Trump et alors que la favorite du camp démocrate, Hillary Clinton est "out of control" et déjà donnée battue, selon de plus en plus d'observateurs, par Bernie Sanders, le communiste de service. 

Car c'est bien l'agenda de la campagne électorale US qui détermine toutes les autres affaires du monde, y compris cette plaisanterie dite du "Panama Papers" alors que nous approchons des conventions pour l'investiture des candidats finalistes qui devraient être désignés d'ici à peine plus de deux mois, si ces conventions se déroulent comme prévu, si Trump lui-même n'est pas pris dans la nasse de ce "Panama Papers" monté par la CIA pour rejoindre en enfer sa rivale démocrate prise dans celle de l'email-gate montée par le FBI. 

Ah, Trump n'apparait pas sur la liste? Certes, pas encore... Mais au
Trump Ocean Club Hotel de Panama City, ça doit s'agiter pas mal.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
«Panama Papers» : les révélations d'un scandale mondial d'évasion fiscale

Le Figaro avec AFP, le 4 Avril 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 4 Avril 2016


___________***_________

Une enquête réalisée par plus de 100 journaux sur quelque 11,5 millions de documents a dévoilé dimanche des avoirs dans les paradis fiscaux de 140 responsables politiques ou personnalités de premier plan, parmi lesquels le cercle rapproché du président russe Vladimir Poutine, et les footballeurs Michel Platini et Lionel Messi.
une enquête coordonnée par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) de Washington 
À l'issue d'une enquête qui aura duré presque une année, Le Monde, associé à 106 autres rédactions dans 76 pays et coordonnées par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) de Washington, ainsi que le journal allemand Süddeutsche Zeitung, destinataire de la fuite, ont révélé dimanche une nouvelle liste de propriétaires de comptes off-shore.
 Le collectif de journalistes a eu accès aux 11,5 millions de documents
Le collectif de journalistes a eu accès aux 11,5 millions de documents contenant les noms de nombreuses grandes personnalités liées au monde des comptes off-shore.
À l'origine de ces révélations, les archives d'un cabinet d'avocats panaméen, Mossack Fonseca
À l'origine de ces révélations, les archives d'un cabinet d'avocats panaméen, Mossack Fonseca, spécialisé dans la domiciliation de sociétés offshore depuis la fin des années 1970, qui auraient permis à plus de 300 journalistes d'établir des listes précises. Ces «Panamapapers» révèlent que des milliers de personnes anonymes, une dizaine de chefs d'État, des milliardaires célèbres, des grands noms du sport et certaines célébrités auraient recouru aux mêmes montages offshores pour dissimuler leurs actifs.

Parmi les personnes listées par l'ICIJ, on trouve notamment: 
  • 6 chefs d'État en exercice comme le président argentin Mauricio Macri, 
  • le premier ministre islandais Sigmundur Davíð Gunnlaugsson, 
  • le président ukrainien Petro Poroshenko, 
  • le président des Émirats arabes unis Khalifa bin Zayed bin Sultan Al Nahyan 
  • et le roi d'Arabie saoudite Salman bin Abdulaziz bin Abdulrahman Al Saud. 
Le site du collectif de journalistes propose pour chacun d'entre eux une fiche explicative sur les raisons de leur présence au sein de cette liste.
Des associés de M. Poutine auraient également détourné jusqu'à 2 milliards de dollars
Des associés de M. Poutine auraient également détourné jusqu'à 2 milliards de dollars avec l'aide de banques et de sociétés écran, effectuant des virements pouvant atteindre 200 millions de dollars en une seule fois, selon l'ICIJ. Le Monde, qui a participé à l'enquête, détaille notamment le rôle joué par le violoncelliste professionnel Sergueï Roldouguine, parrain de la fille Maria du président russe. Sept sociétés basées dans des paradis fiscaux lui sont liées, toutes indirectement gérées par la banque Bank Rossia, un cabinet d'avocats en Suisse servant de paravent. 
«Des associés de Poutine ont falsifié des paiements, antidaté des documents et obtenu de l'influence occulte auprès des médias et de l'industrie automobile russes», détaille le consortium sur son site internet.
Les «Panamapapers» font aussi mention de: 
  • et de certains cousins du président syrien Bachar el-Assad, 
  • du père du premier ministre britannique David Cameron, 
  • de la fille de l'ancien premier ministre chinois Li Peng 
  • et d'autres proches de haut-responsables d'Argentine, du Maroc, d'Égypte, du Ghana, d'Afrique du sud, de Côte d'Ivoire, de Guinée, du Pakistan, de l'Azerbaïdjan, d'Espagne, et de Malaisie.
une vingtaine de joueurs de football vedettes
Les documents du cabinet d'avocats font aussi apparaître les noms d'une vingtaine de joueurs de football vedettes, évoluant notamment à Barcelone, au Real Madrid ou encore au Manchester United. Parmi eux: le multiple ballon d'or Lionel Messi, concerné pour une offshore créée en 2012 au Panama. Parmi les «stars», on trouve aussi l'ex-footballeur et ancien vice-président de la Fédération internationale de football (FIFA) Michel Platini, qui, d'après Le Monde.fr, aurait administré la Balney Enterprises Corp., une société offshore créée le 6 décembre 2007. L'ancien joueur français se serait ainsi vu remettre un «pouvoir général» en décembre 2007 - onze mois après son élection à la présidence de l'UEFA. Michel Platini s'est défendu dès dimanche soir en publiant un communiqué précisant que «l'intégralité de ses comptes et avoirs sont connus de l'administration fiscale suisse, pays dont il est résident fiscal depuis 2007».
  le plus grand coup jamais porté aux paradis fiscaux
Les documents montrent que les banques, les cabinets d'avocats et autres acteurs opérant dans les paradis fiscaux oublient souvent leur obligation légale de vérifier que leurs clients ne sont pas impliqués dans des entreprises criminelles», affirme l'ICIJ. 
«Cette fuite sera probablement le plus grand coup jamais porté aux paradis fiscaux à cause de l'étendue des documents» recueillis, estime Gérard Rylé, le directeur de l'ICIJ cité par la BBC. 
«Ces révélations montrent à quel point des pratiques nocives et la criminalité sont profondément enracinées dans les places offshore», selon Gabriel Zucman, un économiste de l'université de Californie à Berkeley cité par le consortium basé à Washington.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Trumpisme, le suivisme européen en question

Bien qu’il soit difficile de comprendre le trumpisme tant son auteur sort des codes habituels de la politique, il semble qu’il provoque che...