dimanche 3 avril 2016

Grèce: déportation de masse J-1, 750 migrants devraient quitter Lesbos vers le port turc de Dikili à partir de lundi

D03041616:05 - Tandis que "le conseiller spécial de l'ONU sur les migrations, s'est inquiété samedi que l'accord UE-Ankara soit «illégal» et qu'Amnesty International a affirmé que la Turquie ne pouvait plus être considérée comme un «pays sûr» pour les réfugiés syriens, quelque 750 migrants devraient quitter l'île grecque de Lesbos vers le port turc de Dikili entre lundi et mercredi" rapporte Le Figaro.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
L'expulsion des migrants installés en Grèce doit débuter lundi

Par Amaury Peyrach' pour Le Figaro, le 3 Avril 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 3 Avril 2016


___________***__________

L'accord conclu entre Ankara et l'Union européenne sur le renvoi de migrants de la Grèce vers la Turquie prend effet. Des membres des forces de l'ordre françaises ont été dépêchés sur l'île grecque de Lesbos.
Tous ceux qui traversent irrégulièrement la mer Égée vont être renvoyés
«Tous ceux qui traversent irrégulièrement la mer Égée vont être renvoyés» avait expliqué Angela Merkel le 17 mars dernier à propos de l'accord conclu à Bruxelles entre l'Ue et la Turquie sur la situation des migrants illégaux. Depuis, Ankara a commencé à préparer des centres d'enregistrement pour les migrants qui commenceront à être renvoyés dans le pays depuis la Grèce dès lundi et au cours de la semaine prochaine, avec l'aide de policiers français et allemands.
arrivée à Lesbos de 50 policiers français
«Dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord conclu entre l'Union européenne et la Turquie, et conformément aux engagements pris par la France aux côtés de l'Allemagne pour aider la Grèce face à la crise migratoire», Bernard Cazeneuve a annoncé samedi «l'arrivée à Lesbos de 50 policiers français des compagnies républicaines de sécurité (CRS)»
«Ils seront suivis par 22 policiers de la Préfecture de Police de Paris et 50 gendarmes qui arriveront sur l'île de Chios les 3 et 4 avril», a poursuivi le ministre de l'Intérieur.
 les détails sont encore rares sur les conditions précises de leurs retours
De leur côté, les autorités turques se préparent à ce retour de migrants syriens ou d'autres nationalités, qui ont traversé la mer Egée en direction de l'Union européenne, mais les détails sont encore rares sur les conditions précises de leurs retours. Quelque 750 migrants devraient quitter l'île grecque de Lesbos vers le port turc de Dikili entre lundi et mercredi. Hommes, femmes et enfants embarqueront à bord de deux navires turcs de l'agence Frontex.
des images diffusées sur la chaîne turque NTV vendredi montraient seulement un terrain vide 
A Dikili, certains élus locaux ont fait savoir qu'ils préparaient un centre d'accueil pour les migrants mais des images diffusées sur la chaîne turque NTV vendredi montraient seulement un terrain vide sur le site envisagé.
  les premiers migrants pourraient être accueillis dans un complexe sportif de la ville
Selon le quotidien Milliyet, en attendant que ce centre soit prêt, les premiers migrants pourraient être accueillis dans un complexe sportif de la ville. Plus au sud, des travaux ont été lancés dans la station balnéaire de Cesme, qui fait face à l'île grecque de Chios, l'une des destinations ciblées par de nombreux migrants d'après le maire de la ville, Muhittin Dalgic. Conduites d'eau et câbles électriques étaient installés dans un espace de 500 m² près du port qui servira de centre, a précisé l'élu. Des tentes seront installées dans lesquelles des fonctionnaires pourront prendre les empreintes des migrants et les enregistrer.
les migrants pourront être rapidement envoyés dans des camps de réfugiés
Les responsables turcs insistent sur le fait que ces centres ne sont que des lieux de transit à partir desquels les migrants pourront être rapidement envoyés dans des camps de réfugiés
«Une fois qu'ils auront été enregistrés et que leur état de santé aura été vu, ils seront envoyés vers des camps», précise-t-il. 
«Nous ferons en sorte que ce processus soit rapide, pour qu'ils restent aussi peu longtemps que possible».
lutter contre le trafic des êtres humains et contre la fraude documentaire, dont on sait qu'elle est pratiquée à grande échelle par les organisations terroristes et Daech en particulier
L'objectif est de «renforcer les rangs de l'agence Frontex en Grèce pour mieux contrôler les frontières extérieures de l'Union européenne, faire face à la crise migratoire, lutter contre le trafic des êtres humains et contre la fraude documentaire, dont on sait qu'elle est pratiquée à grande échelle par les organisations terroristes et Daech en particulier» a expliqué Bernard Cazeneuve dans son communiqué.
Paris et Berlin se sont engagés à mettre chacun 200 agents à la disposition de l'agence Frontex (surveillance des frontières) et 100 personnels pour le bureau EASO (asile).
procéder à de la «relocalisation» de réfugiés en Europe
Les spécialistes de l'asile devraient également commencer à arriver en début de semaine, puisque l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) va dépêcher quatre personnes dès lundi à Thessalonique pour procéder à de la «relocalisation» de réfugiés en Europe. L'accord entre l'UE et la Turquie, qui accueille déjà 2,7 millions de réfugiés syriens, prévoit de «réinstaller», pour chaque migrant repris par Ankara, un Syrien dans un pays européen.
la Turquie ne peut plus être considérée comme un «pays sûr»
Les termes de l'accord sont vivement contestés par les ONG et Amnesty International a affirmé que la Turquie ne pouvait plus être considérée comme un «pays sûr» pour les réfugiés syriens. Amnesty accuse Ankara de forcer illégalement une centaine de réfugiés syriens à retourner dans leur pays ravagé par la guerre chaque jour. Et selon elle, une partie des réfugiés renvoyés de Grèce vers la Turquie risquent de subir le même sort.
l'accord UE-Ankara est «illégal»
Peter Sutherland, conseiller spécial de l'ONU sur les migrations, s'est inquiété samedi que l'accord UE-Ankara soit «illégal», notamment s'il met en pratique des «expulsions collectives sans regard pour les droits individuels de ceux qui affirment être des réfugiés». Il espère aussi que les réfugiés syriens seront protégés à leur retour en Turquie avec «l'assurance de ne pas être expulsés ensuite vers la Syrie».
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Jour J : cette élection est pipée, je ne vote pas

C’est en débroussaillant un coin de mon parc que cette idée c’est imposée soudain : cette élection est pipée. Aussitôt, l’idée d’aller ...