mercredi 27 avril 2016

Autriche: guerre des réfugiés, sous la pression de l'extrême droite, la coalition vote "l'état d'urgence migratoire"

D27041618:00 - "Une nouvelle loi limite à trois ans l’octroi initial du droit d’asile et prévoit la possibilité de décréter un « état d’urgence » migratoire. Sous ce régime, tous les demandeurs d’asile, y compris les Syriens et les Irakiens, seront refoulés aux frontières, à moins de prouver qu’ils sont persécutés par le pays d’où ils arrivent, par exemple l’Italie" rapporte l'AFP.


Au moins, en Autriche, l'extrême droite sert à quelque chose, ce qui n'est pas le cas en France.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Crise migratoire : l’Autriche restreint drastiquement le droit d’asile

Le Monde avec AFP, le 27 Avril 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 27 Avril 2016


___________***___________

Le parlement autrichien a adopté, mercredi 27 avril, un projet de loi controversé restreignant drastiquement le droit d’asile, sur fond de montée de l’extrême droite dans ce pays qui a accueilli 90 000 réfugiés en 2015.
possibilité de décréter un « état d’urgence » migratoire
La nouvelle loi, adoptée par 98 voix contre 67, est l’une des plus strictes d’Europe. Elle limite à trois ans l’octroi initial du droit d’asile et prévoit la possibilité de décréter un « état d’urgence » migratoire.
tous les demandeurs d’asile, y compris les Syriens et les Irakiens, seront refoulés aux frontières
Sous ce régime, tous les demandeurs d’asile, y compris les Syriens et les Irakiens, seront refoulés aux frontières, à moins de prouver qu’ils sont persécutés par le pays d’où ils arrivent, par exemple l’Italie. Elaboré depuis plusieurs mois, malgré les critiques des ONG, des Eglises et de l’opposition écologiste et libérale.
Le texte restreint également le regroupement familial 
Le texte restreint également le regroupement familial pour les bénéficiaires de la protection subsidiaire, notamment les Afghans.
d’autres pays ne font pas leur travail 
« Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde », s’est justifié le ministre de l’intérieur, Wolfgang Sobotka, assurant que le gouvernement n’agissait « pas par plaisir, mais parce que d’autres pays ne font pas leur travail » en matière de contrôle des migrants. 
Située au croisement des deux principales routes migratoires en Europe – via les Balkans et l’Italie – l’Autriche a vu transiter plusieurs centaines de milliers de réfugiés l’an passé. Elle en a accueilli 90 000, soit plus de 1 % de sa population, dépassée seulement par la Suède au sein de l’Union européenne. Pour 2016, Vienne s’est fixé un plafond de 37 500 demandeurs d’asile supplémentaires, assurant que ses capacités d’intégration arrivent à saturation.

Pour arriver à ses fins, le gouvernement autrichien souhaite construire d’ici à juin des dispositifs de filtrage des migrants à ses frontières italienne et hongroise, à l’image de celui mis en place cet hiver à sa frontière slovène.
Confrontée à la montée du parti d’extrême droite FPÖ, la grande coalition gouvernementale a fortement durci sa politique migratoire 
Confrontée à la montée du parti d’extrême droite FPÖ, la grande coalition gouvernementale du chancelier social-démocrate Werner Faymann et du vice-chancelier conservateur Reinhold Mitterlehner a fortement durci sa politique migratoire ces derniers mois.

L’examen de ce texte controversé intervient en effet quelques jours après l’arrivée en tête au premier tour de l’élection présidentielle du candidat d’extrême droite, Norbert Hofer, qui a recueilli 35 % des voix.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le fardeau de la recherche et la défense de la vérité pèsent sur les épaules de quelques-uns

«  Les événements de Charlottesville nous ont donné une débauche de dénonciations qui montrent que les États-Unis sont divisés. Une nati...