€CALYPSE NEWS

lundi 7 mars 2016

UE: sommet UE-Turquie, vers l'enterrement officiel du "Plan A" de Merkel

B070316

05:10 -
"Angela Merkel veut faire croire qu'elle se battra jusqu'au bout mais sa générosité a une limite et l'Allemagne pourra profiter, par défaut s'il le faut, d'une fermeture de la route des Balkans. Même s'il ne reste que quelques jours de campagne, elle voudrait épargner une débâcle à la CDU. C'est à cette condition qu'elle évitera une crise politique au sein de la coalition gouvernementale, qui pourrait lui coûter cher lors des élections législatives de 2017" selon le Figaro.


Le sommet UE-Turquie d'aujourd'hui se présente finalement comme une affaire de dupes car la situation sur le terrain évolue plus vite que l'agenda programmé des politiques et les solutions s'imposent bien plus que ce que les responsables décident. 

Tout d'abord, la route des Balkans est dorénavant fermée aux réfugiés tandis que les itinéraires alternatifs via l'Albanie puis l'Italie à l'Ouest ou via la Roumanie puis la Bulgarie à l'Est demeurent difficiles et encore très aléatoires et compliqués.

Ensuite, la Turquie n'est représenté à ce sommet que par son Premier ministre ce qui exclu donc toute décision importante que la Turquie n'est de toute façon pas en état d'assumer, même si elle le voulait.

Finalement, ce sommet risque de ne porter que sur trois points:
  • la protection de frontières extérieures de l'Union ; 
  • l'aide à la Grèce.
 Où l'on voit qu'en réalité, la Turquie n'est plus impliquée dans ce sommet qui pourrait donc enterrer officiellement et "par défaut" le "Plan A" de Merkel.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Crise migratoire: les espoirs turcs de Merkel

Par Nicolas Barotte pour Le Figaro, le 6 Mars 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 7 Mars 2016


____________***____________

La chancelière allemande a besoin de convaincre son opinion qu'une baisse des demandes d'asile est possible.
  un combat que la chancelière doit mener seule
Pour l'Allemagne, pour la Grèce et pour elle, elle aurait besoin d'un succès. Lundi, lors du sommet Europe-Turquie de Bruxelles, Angela Merkel va tenter d'obtenir une avancée européenne dans la crise des réfugiés. Avec un million de demandeurs d'asile en 2015, Berlin est désormais dépassé tandis qu'à Athènes, la crise humanitaire guette. Mais face au manque de volonté croissant d'une partie des États membres, c'est un combat que la chancelière doit mener pied à pied, voire seule.
  l'Autriche et les pays des Balkans ont pris des décisions unilatérales
Dans une interview publiée dimanche dans Bild am Sonntag, la chancelière laisse transparaître une froide exaspération et promet de se battre pour une réduction du flux des réfugiés «pour tous les États membres et pas seulement pour quelques-uns»
«Nous avons aujourd'hui une situation différente car l'Autriche et les pays des Balkans ont pris des décisions unilatérales à leurs frontières au détriment, malheureusement, de notre partenaire grec», regrette-t-elle. 
le chancelier autrichien Werner Faymann a exhorté l'Allemagne à rendre les armes 
Signe de la tension croissante, le chancelier autrichien Werner Faymann a, pour sa part, exhorté l'Allemagne à fixer «clairement» une «limite» aux demandes d'asile. Bref, à rendre les armes.
regagner d'abord le contrôle de la situation
Isolée sur son idée de contingents de réfugiés répartis entre États membres, Angela Merkel a placé ses espoirs dans les négociations entre l'Europe et la Turquie. «Ankara a ses propres objectifs, mais les Turcs ont aussi intérêt à un accord», veut croire un conseiller ministériel à Berlin. C'est la première étape à franchir dans le plan de la chancelière. 
«Il est essentiel de regagner d'abord le contrôle de la situation pour convaincre les autres pays de l'Union de faire preuve de solidarité», ajoute-t-on.
les trois enjeux du sommet
Angela Merkel a besoin d'actes. «J'attends que nous mettions en place pas à pas ce sur quoi le Conseil européen du 28 février s'est entendu», demande-t-elle dans Bild, en fixant les trois enjeux du sommet de lundi: 
  • la protection de frontières extérieures de l'Union ; 
  • l'aide à la Grèce.
«La Grèce devait avoir créé 50.000 places d'hébergement pour les réfugiés avant la fin 2015. Le retard doit être comblé au plus vite», déplore la chancelière.
l'Allemagne pourra profiter, par défaut s'il le faut, d'une fermeture de la route des Balkans
Dans ce bras de fer, Angela Merkel veut faire croire qu'elle se battra jusqu'au bout. Au sein du gouvernement allemand, on explique qu'il «n'y a pas de plan B dans les tiroirs» et que la chancelière ne changera pas de position. Mais la générosité d'Angela Merkel a une limite et l'Allemagne pourra profiter, par défaut s'il le faut, d'une fermeture de la route des Balkans.
 une réduction «perceptible et durable» du nombre de demandeurs d'asile est à portée de la main
À six jours d'élections régionales cruciales dans trois Länder, Rhénanie-Palatinat, Bade-Wurtemberg et Saxe-Anhalt, Angela Merkel voudrait envoyer un signal à son opinion publique et convaincre ses électeurs qu'une réduction «perceptible et durable» du nombre de demandeurs d'asile est à portée de la main.
  épargner une débâcle à la CDU
Même s'il ne reste que quelques jours de campagne, elle voudrait épargner une débâcle à la CDU. C'est à cette condition qu'elle évitera une crise politique au sein de la coalition gouvernementale, qui pourrait lui coûter cher lors des élections législatives de 2017.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


La valeur de la monnaie et le coût de l’emprunt sont ce qu’il y a de plus fondamental pour une économie dite avancée

La « monnaie libre », arme de désendettement massif «…  Aux Etats-Unis, nous faisons face à une valeur de la monnaie et un coût ...