jeudi 10 mars 2016

Allemagne: accord UE-Turquie, "Ankara ne décidera pas seule", dixit Merkel

A100316

09:20 -
"Evoquant le plan d'action élaboré par l'UE et la Turquie, Mme Merkel a insisté sur le fait qu'Ankara n'allait pas "décider seule". "Je m'engage pour une véritable solution européenne, c'est-à-dire une solution des 28" membres de l'UE, a déclaré Mme Merkel à la radio publique MDR citée par l'AFP.


Ankara ne va pas décider seule? De quoi parle Merkel sinon de la question du tri des réfugiés destinés à venir en Europe depuis les camps turcs qui sont, comme nous le savons, gérés par les terroristes d'où sa proposition que ce soit le HCR qui s'occupe de cette affaire avec, comme nous le savons également, tout les pots de vins et autres chantages auprès des agents du dit HCR qui ne manqueront pas de pervertir la sécurité anti-terroriste de cette opération qui, vraiment, n'a ni queue ni tête.

Quant à la Grèce, son destin est déjà scellé et la seule solution réaliste pour la sortir de ce piège à migrants consistera à régulariser en masse tous les migrants déjà en Europe, comme l'ont toujours fait les dirigeants européens dans ce genre de situation.

D'autant plus que, contrairement à ce qu'on nous dit, Ankara ne s'est engagé à reprendre les migrants attrapés par les navires de l'Otan en Mer Egée seulement à partir du jour de la signature de l'accord et du versement, au moins partiel, des milliards promis à Erdogan. Nous n'y sommes pas encore et la route des Balkans restera fermée pour un moment. 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Migrants: fermer la route des Balkans «ne résout rien» (Merkel)

Le Figaro avec AFP, le 10 Mars 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 10 Mars 2016


___________***_________

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé aujourd'hui que la fermeture de la route des Balkans, effective depuis hier, "ne résolvait pas le problème", affirmant que cette situation n'était "ni durable ni pérenne", dans un entretien à une radio allemande.
  je m'engage pour une véritable solution européenne
"Il faut une décision qui soit bonne pour (les 28 pays de l'UE). C'est pourquoi je m'engage pour une véritable solution européenne, c'est-à-dire une solution des 28" membres de l'UE, a déclaré Mme Merkel à la radio publique MDR. 
"Personnellement, je pense que la décision unilatérale de l'Autriche, puis dans la foulée de celle des pays des Balkans, nous apporte certes moins de réfugiés, mais place d'un autre côté la Grèce dans une situation très difficile", a poursuivi la chancelière. 
"Si nous n'arrivons pas à trouver un accord avec la Turquie, alors la Grèce ne pourra pas supporter le poids (migratoire) longtemps", a-t-elle mis en garde, Athènes se retrouvant avec des dizaines de milliers de migrants coincés sur le territoire grec.
Ankara ne va pas "décider seule"
Evoquant le plan d'action élaboré par l'UE et la Turquie, Mme Merkel a insisté sur le fait qu'Ankara n'allait pas "décider seule". 
"Nous avons prévu que dans une telle décision -- et ce sont des détails qui doivent encore être travaillés -- le HCR (Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU) ait de l'importance", a-t-elle dit.
La route des Balkans s'est fermée mercredi
La route des Balkans, un corridor laissant passer les migrants qui s'était de fait mis en place depuis l'été, s'est fermée mercredi après la décision de la Slovénie de ne plus laisser passer de réfugiés par son territoire. La mesure, qui est destinée à décourager de nouveaux migrants de partir pour l'Europe, accentue le risque de crise humanitaire en Grèce. 
La fermeture de cet itinéraire augmente un peu plus la pression sur l'UE et la Turquie pour finaliser un accord destiné à juguler le flux de réfugiés.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Course à l'Elysée: le Kremlin lâche Fillon en faveur de Le Pen

Face à la montée fulgurante de Macron dans les sondages qui attire à lui tout ce que le marigot parisien compte de politiciens attachés à le...