mardi 2 février 2016

Belgique: guerre des réfugiés, "plutôt mourir en Irak que rester en Belgique"

F020216

22:20 -
"Ils pensaient qu'ils allaient recevoir 3.000 euros net et que leurs familles pourraient les rejoindre immédiatement. Et ils se retrouvent sur un lit de camp dans une caserne. Comme ce n'est pas ce que les trafiquants leur ont promis, ils préfèrent plutôt mourir en Irak que rester en Belgique" rapporte Sputnik citant le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la migration, Theo Francken, via Le Courrier international


Mourir en Irak? Apparemment, ce n'est pas exactement leur but puisque ces réfugiés irakiens acceptent de partir en étant pris en charge par le gouvernement belge qui leur a promis de les aider à la recherche d'emploi dans leur pays. Une nouvelle désillusion en perspective?

A noter que l'Irak fait pourtant partie des pays dit "non sûrs" ce qui n'empêche apparemment pas le gouvernement belge de renvoyer des réfugiés irakiens chez eux. Alors, il faudrait savoir: l'Irak est un pays sûr ou non sûr? Que veut dire tout ce charabia bruxellois?
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Belgique: désillusionnés, des migrants jettent l'éponge

Sputnik, le 2 Février 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 2 Février 2016


______________***___________

Fini les rêves d'un eldorado européen. Le 1er février, un vol charter à destination de Bagdad a décollé de l'aéroport de Bruxelles, transportant à son bord une centaine de migrants irakiens résolus à rentrer dans leur pays.
c'est la première fois qu'un gouvernement européen affrète un vol spécial à cette fin
Certes, ce n'est pas la première fois que des réfugiés lassés décident de rentrer chez eux. Ce qui distingue ce rapatriement de bien d'autres, c'est que c'est la première fois qu'un gouvernement européen affrète un vol spécial à cette fin.
les volontaires au rapatriement bénéficieront d'un logement temporaire en Irak et d'une assistance à la recherche d'emploi
Le soutien ne s'arrête pas là: les volontaires au rapatriement bénéficieront d'un logement temporaire en Irak et d'une assistance à la recherche d'emploi, explique Géraldine d'Hoop, responsable de la communication de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour la Belgique, citée par Le Soir.

Mais qu'est-ce qui pousse ces gens ayant fui les hostilités à prendre la route du retour quelques mois plus tard? Le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la migration, Theo Francken, y voit une non-satisfaction par l'accueil "basique" que la Belgique leur a réservé.
Ils pensaient qu'ils allaient recevoir 3.000 euros net et que leurs familles pourraient les rejoindre immédiatement
"Ils pensaient qu'ils allaient recevoir 3.000 euros net et que leurs familles pourraient les rejoindre immédiatement. Et ils se retrouvent sur un lit de camp dans une caserne. Ce n'est pas ce que les trafiquants leur ont promis", a-t-il déclaré, cité par Le Courrier international.
Je préfère plutôt mourir en Irak que rester en Belgique
Les migrants ne font que le confirmer. Je préfère plutôt mourir en Irak que rester en Belgique où je suis contraint de dormir sous une tente, a lancé l'un d'eux, cité par l'édition.

Theo Francken reconnaît que l'initiative en question n'est pas donnée — 100.000 euros au total. Or, l'accueil d'un réfugié coûtant à l'Etat 50 euros par jour, ces frais sont justifiés, estime-t-il.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Jour J: le jour de tous les possibles, c'est aujourd'hui !

La France métropolitaine va voter aujourd’hui dimanche 23 avril 217 pour le premier tour de l’élection présidentielle. Le choix est simple :...