samedi 13 février 2016

Arabie saoudite: Syrie, "Al-Assad ne sera plus aux affaires. Un point c'est tout"

F130216

12:30 -
" Il n’y aura pas Bachar Al-Assad à l’avenir. Cela prendra peut-être trois mois, cela prendra peut-être six mois ou trois ans, mais il ne sera plus aux affaires en Syrie. Un point c’est tout " a déclaré Adel Al-Joubeir, le ministre des affaires étrangères de l’Arabie saoudite, dans le journal allemand Süddeutsche Zeitung cité par Le Monde.


"Un point c'est tout"? Pour se payer de mots, ces types-là sont très forts. On attend de voir le premier avion arabe s'approcher des S400 russes. Quand aux "boots on the ground" en Syrie, Ryad vient de se prendre une raclée magistrale au Yemen et il n'y a certainement pas deux demi-douzaines de soldats saoudiens prêts à en découdre avec les forces de Damas.

En réalité, autant en ce qui concerne la Turquie que l'Arabie saoudite, il s'agit dans ces deux pays - comme dans la plupart des pays occidentaux d'ailleurs - d'une crise profonde des pouvoirs politiques qui sont incapables de prendre le train du monde du XXI ième siècle en marche. 

Complètement largués, en décrépitudes avancées, moisis jusqu'à la moelle, corrompus jusqu'à l'os, pourris par les deux bouts, ces pouvoirs pratiquent la fuite aveugle en avant, la gesticulation à outrance accompagnée des pires grossièretés intellectuelles: comment Ryad ou Ankara peuvent-ils prétendre s'attaquer aux forces russes sans parler de celles du régime de Damas auxquelles des années de guerre civile et de résistance victorieuse ont mis de l'acier jusque dans l'âme?
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Une intervention turco-saoudienne se dessine en Syrie 

Le Monde, le 13 Février 2016 

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 13 Février 2016 
___________***___________

La Turquie et l’Arabie saoudite « pourraient participer à une opération terrestre » contre l’organisation Etat islamique (EI) en Syrie, a annoncé samedi 13 février Mevlut Cavusoglu, le ministre des affaires étrangères de la Turquie. 
c’est la Turquie qui fait les propositions les plus concrètes
« Certains disent que la Turquie est réticente à prendre part à la lutte contre Daech [l’EI]. Mais c’est la Turquie qui fait les propositions les plus concrètes. »
Riyad déploiera des avions de chasse sur la base militaire d’Incirlik
Le ministre, cité par les quotidiens Yeni Safak et Haberturk, a aussi précisé que Riyad déploiera des avions de chasse sur la base militaire d’Incirlik, dans le sud de la Turquie. Des responsables saoudiens « sont venus et ont effectué une reconnaissance de la base. Pour le moment, le nombre d’avions [qui seront déployés] n’est pas encore défini », a-t-il précisé.
 l’Arabie saoudite sera prête à participer
Adel Al-Joubeir, le ministre des affaires étrangères de l’Arabie saoudite, a déclaré dans le journal allemand Süddeutsche Zeitung que des discussions sur une intervention au sol étaient en cours avec des membres de la coalition contre l’EI, menée par les Etats-Unis.
« Si la coalition devait décider de déployer des forces spéciales dans la lutte contre l’Etat islamique en Syrie, l’Arabie saoudite sera prête à participer. »
Bachar Al-Assad ne sera plus aux affaires en Syrie. Un point c’est tout.
« Il n’y aura pas Bachar Al-Assad à l’avenir, a-t-il encore déclaré. Cela prendra peut-être trois mois, cela prendra peut-être six mois ou trois ans, mais il ne sera plus aux affaires en Syrie. Un point c’est tout. »
Ashton Carter, le secrétaire à la défense des Etats-Unis, a souhaité, vendredi, que Riyad et les Emirats arabes unis déploient des forces spéciales en Syrie, pour aider les rebelles à reprendre Rakka, capitale du califat autoproclamé de l’EI.

Dans une interview accordée le 11 février à l’Agence France-Presse, Bachar Al-Assad, le président de la Syrie, avait reconnu qu’il existait un risque d’intervention turque et saoudienne et avait dit être prêt à y « faire face ». 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Trumpisme, le suivisme européen en question

Bien qu’il soit difficile de comprendre le trumpisme tant son auteur sort des codes habituels de la politique, il semble qu’il provoque che...