€CALYPSE NEWS

mardi 19 janvier 2016

UE: guerre des réfugiés, 1,5 millions en 2015 et pour 2016, on remet ça?

C190116

05:20 -
"Il est peu probable que l’Europe prenne un virage à 180 degrés et change de politique, à l’heure où même les pays les plus ouverts commencent à se refermer poussant ainsi les migrants dans les bras des passeurs, en rendant le franchissement des frontières difficile et aléatoire. Or, la situation est d’autant plus inquiétante que rien ne dit que les flux 2016 d’entrants seront inférieurs à ceux de 2015" rapporte "Le Monde" citant un rapport de Médecins sans frontières (MSF).

La crise des réfugiés, c'est à dire leur arrivée en masse, a vraiment éclaté pendant l'été 2015. Pris au dépourvu, les Européens ont tout d'abord réagi en accueillant favorablement ces réfugiés que les médias décrivaient comme étant des gens fuyant la mort du fait des guerres dans leurs pays d'origine. Mais, assez rapidement, des informations contradictoires et surtout la quantité massive des arrivants commença à semer le chaos jusqu'à, finalement, remettre en question l'espace Schengen. La fin de 2015 fut tragiquement couronnée par les évènements traumatisants de Cologne, en Allemagne, ce qui a fini par retourner de plus en plus d'Européens contre la politique d'accueil sans limite d'Angela Merkel à l'origine de cette crise dont le chaos qui en résulte est semblable à celui d'une guerre, le rapport 2015 de MSF en témoigne.

Si, comme le prédisent certains, dont MSF, le nombre d'arrivées de migrants en 2016 est au moins comparable à celui de 2015 et alors que les esprits en Europe sont déjà bien échauffés, il n'est pas insensé de s'attendre à un désastre même si la forme qu'il prendra n'est pas encore très claire. Tout de même, la fermeture progressive et inéluctable des frontières alors que la source n'est pas tarie va obligatoirement provoquer "'des images que personne ne souhaite", comme l'a déclaré Mme Merkel.

 Or, ces images que personne ne souhaite et qui existent déjà mais ne sont pas diffusées par les grands médias "bien-pensant" surgiront d'une manière ou d'une autre, la question étant de savoir si elle le feront au sein même de l'Europe où plutôt dans sa périphérie immédiate, voire les deux. La question subsidiaire étant de savoir si Mme Merkel tiendra suffisamment longtemps pour rendre impossible tout retour en arrière, c'est à dire maintenir les frontières ouvertes, et ainsi imposer son Europe mondialiste qui bouleversera le continent au moins autant que les deux premières guerres mondiales ajoutées l'une à l'autre. Pour le meilleur ou pour le pire? L'avenir le dira.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
La gestion des migrants par l’Europe en 2015 est un « échec catastrophique » selon MSF 

Par Maryline Baumard pour Le Monde, le 19 Janvier 2016 
Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 19 Janvier 2016 
__________***__________

Pour 2016, Médecins sans frontières (MSF) fait cinq vœux. Cinq souhaits pour éviter que l’année qui commence ne soit une redite de « l’échec catastrophique de l’Europe en 2015 à répondre aux besoins des réfugiés et migrants à ses portes ».
 les traumatismes et les souffrances des populations qui venaient chercher refuge
Son rapport sur l’année passée, intitulé « Parcours du combattant vers l’Europe », dénonce avec virulence la gestion des populations en besoin de protection. Selon les « French doctors », la politique menée par l’Union européenne et par les Etats a même aggravé les traumatismes et les souffrances des populations qui venaient chercher refuge.
ouverture de voies sécurisées et légales pour les demandeurs d’asile
Alors, comme vœu numéro un pour 2016, MSF demande l’ouverture de voies sécurisées et légales pour les demandeurs d’asile, afin de diminuer la place laissée aux passeurs et d’éviter aussi que les frontières ne s’érigent en murs entre les pays.
 programme européen de recherche et sauvetage en mer
Ensuite, l’ONG estime nécessaire « un ambitieux programme européen de recherche et sauvetage en mer », un programme qui s’approche « aussi près que possible des points de départ des bateaux », c’est-à-dire des lieux où ne va pas Frontex (l’agence de surveillance des frontières extérieures de l’Europe) et où se déroulent pourtant la plupart des naufrages.
Les médecins demandent aussi que: 
  • l’Europe tout entière investisse « dans une capacité de réception qui respecte les standards européens plutôt que dans des mesures de dissuasion » ; 
  • qu’« en l’absence d’un système d’asile européen, l’Union soit capable d’investir de manière ambitieuse dans un programme de relocalisation intra-européen », 
  • et finalement qu’on en finisse « avec les actes de violences et abus perpétrés par les autorités représentantes de l’Etat ».
rien ne dit que les flux 2016 d’entrants seront inférieurs à ceux de 2015
Si ces préconisations ont été faites à la suite de l’analyse des interventions de terrain, et si les décideurs européens en sont tous destinataires, il est pourtant peu probable que l’Europe prenne un virage à 180 degrés et change de politique, à l’heure où même les pays les plus ouverts commencent à se refermer. Or, la situation est d’autant plus inquiétante que rien ne dit que les flux 2016 d’entrants seront inférieurs à ceux de 2015.
Durant l’année passée, MSF a dû se mobiliser partout en Europe pour répondre aux besoins. L’association a affecté 535 personnes et dégagé 31,5 millions d’euros sur une zone où elle n’est pas habituée à travailler et où elle a pourtant dû prodiguer des soins d’urgence et plus de 100 000 consultations. Face aux noyades à répétition en Méditerranée centrale durant tout le printemps dernier, l’ONG a jugé de son devoir de se lancer dans le sauvetage en mer. A l’opération italienne « Mare Nostrum », dévolue au secours, s’était substituée une opération de surveillance sous l’égide de Frontex. Au total, MSF a sauvé 20 129 personnes en Méditerranée centrale et 6 000 mer Egée…
  certaines politiques ont été pires que l’incurie et ont aggravé les maux
Mais MSF a aussi mesuré tout au long de l’année que certaines politiques ont été pires que l’incurie et ont aggravé les maux
« A travers toute l’Europe, la majorité des maladies traitées par les équipes médicales de MSF pourraient être évitées si un passage sécurisé et des conditions de réception décentes étaient en place », accuse le rapport.
« En ouvrant, puis fermant leurs frontières, de manière dangereusement capricieuse », en fin d’été, les gouvernements ont créé « des stress insensés et des conditions de passage dangereuses pour des milliers de personnes ».

MSF observe clairement que ces mesures ont poussé nombre de migrants dans les bras des passeurs, en rendant le franchissement des frontières difficile et aléatoire.
Ils « ont joué avec la santé, la dignité et le bien-être des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile », insiste le rapport.
Or, modeste, MSF reconnaît qu’il sait gérer l’urgence et traiter les besoins immédiats, mais rappelle que « l’Europe et ses Etats membres ont la capacité de placer la vie et le bien-être de ces personnes au centre de leurs décisions ». Tout un programme. 

Ce qui est en train de se passer en Espagne représente un microcosme crucial de ce qui va se passer sur la planète

La Catalogne est le modèle de l’évolution  probable de l’organisation du monde «Krieger explique : «  Je crois que ce qui est en trai...