samedi 2 janvier 2016

Turquie: des frappes nucléaires tactiques russes pour régler la question de l'EI

D020116

04:50 -
"La Syrie, la Russie et l'Irak ont lancé une tonne de reproches à la tête de la Turquie, qui y reste pourtant imperméable. Les preuves du soutien turc à Daech fournies, Ankara se sent toujours à son aise" rapporte Sputnik citant l'analyste politique Stuart Rollo. A poursuivre ce sale jeu, la Turquie pourrait se retrouver dans la situation du Japon ayant provoqué les attaques nucléaires US contre Hiroshima et Nagasaki, Istanbul et Ankara (ou tout autre ville turque) pouvant faire l'objet de frappes nucléaires tactiques russes pour mettre un terme au terrorisme dit islamiste d'une part, et imposer la victoire du nouvel ordre mondial multi-polaire d'autre part.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Turquie exploite la Syrie pour parvenir à ces propres buts

Sputnik, le 30 Décembre 2015

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 2 Janvier 2016


____________***___________

La Turquie, maintes fois accusée de participer aux sales jeux de Daech, poursuit pas à pas ses objectifs sans attacher trop d'importance à ces voix faisant appel à sa raison apparemment absente. Cette Turquie, avec ses mains toujours sales, fait l'objet de l'entretien avec l'analyste politique Stuart Rollo.
  Les preuves du soutien turc à Daech fournies, Ankara se sent toujours à son aise
La Syrie, la Russie et l'Irak ont lancé une tonne de reproches à la tête de la Turquie, qui y reste pourtant imperméable. Les preuves du soutien turc à Daech fournies, Ankara se sent toujours à son aise.
La Turquie voulait bien profiter du conflit syrien
Non, ces accusations ne gênent point la Turquie. Elle n'hésite pas à profiter de la crise qui déchire le Proche-Orient et ne s'arrête devant rien pour parvenir à ses buts.
"La Turquie voulait bien profiter du conflit syrien", estime l'analyste dans un entretien accordé à Sputnik.
La Turquie se retrouve aujourd'hui à défendre des groupes de plus en plus radicaux
"Ils pensaient que le gouvernement syrien s'effondrerait dans une période d'un mois comme ça s'est produit en Egypte ou en Tunisie", poursuit-il. "Mais il en a été tout autrement. La Turquie se retrouve aujourd'hui à défendre des groupes de plus en plus radicaux".

Selon M. Rollo, Ankara souhaite amplifier son influence dans la région aux dépens d'autres pays. Le problème ici consiste à empêcher les Kurdes d'avoir une quelconque autonomie.

Quant à l'avenir du conflit syrien, l'analyste se rappelle de la crise en Libye.
"Nous avons vu ce qui s'est passé en Libye quand elle s'est retrouvée dans un vide de pouvoir, quand leur dirigeant a été renversé. Lorsqu'il n'y a pas d'accord au sein de l'Etat, la situation risque de s'aggraver encore plus. Cependant, j'espère que la Syrie n'arrivera pas à un tel avenir", a résumé l'interlocuteur de Sputnik.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Course à l'Elysée (J - 27): l'inéluctable progression du populisme

A 27 jours du premier tour de l'élection présidentielle française (le 23 Avril), il semble que rien ne soit joué entre E. Macron et F. F...