vendredi 15 janvier 2016

France: demandeurs d'asile, les statistiques tronquées de la DGEF

D150116

16:50 -
"En France, si en 2015, 28 529 personnes ont obtenu le droit d'asile contre 32 244 en 2014 (soit une baisse de 8,8%, ndlr), le nombre des demandes a augmenté de 22%" rapporte Le Monde citant le dernier rapport de la direction générale des étrangers en France (DGEF) qui n'indique donc pas le nombre de demandeurs d'asile (puisque nous n'avons qu'un pourcentage par rapport à 2014), une façon assez sophistiquée de noyer le poisson dans l'eau et d'évacuer la question qui fâche. 

Ce n'est certainement pas la meilleure façon d'informer les Français et d'enrichir le "bien-penser". Ce chiffre non publié permettrait pourtant de savoir combien de milliers ou dizaines voire de centaines de milliers de déboutés du droit d'asile circulent en France, la seule question qui préoccupe sérieusement les Français qui ont de moins en moins l'impression d'habiter chez eux. Ne serait-ce qu'une impression? 

Nota: dans un article paru ultérieurement, "Le Monde" publie enfin le chiffre des demandeurs d'asile qui s'élève à presque 100 000 (soit 11 fois moins qu'en Allemagne) mais indique, du coup, que 80 000 demandeurs d'asile déboutés en 2015 se baladent dans le pays...
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Régularisations, demandes d’asile, visas : les chiffres de l’immigration en 2015 

Par Maryline Baumard pour Le Monde, le 15 Janvier 2016 

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 15 Janvier 2016 
______________***__________

Comme en 2015, la direction générale des étrangers en France (DGEF) publie à la mi-janvier ses statistiques sur le nombre d’étrangers vivant en France et sur ceux qui ont rejoint le pays l’année qui vient de s’écouler.
 212 365 étrangers ont obtenu leur premier titre de séjour en 2015, soit 0,7 % de plus qu’en 2014
En 2015, 2 734 413 personnes vivent en France avec un titre de séjour. Avec les communautaires, qui ne sont pas comptabilisés là, quelque 4 millions d’étrangers vivent en France, selon la DGEF. Parmi eux, 212 365 ont obtenu leur premier titre de séjour en 2015, soit 0,7 % de plus qu’en 2014.

Par-delà ces chiffres, six indicateurs permettent de mieux appréhender la politique migratoire souvent confuse du gouvernement. Les chiffres sont en effet plus explicites que les discours. Sur ce sujet politiquement sensible, la volonté de ménager l’aile gauche du Parti socialiste tout en évitant de prêter le flanc aux critiques de la droite rend la politique française difficilement lisible.
En 2015, 86 608 personnes ont pris la nationalité française
Les acquisitions de la nationalité française, qui étaient de plus de 90 000 en 2009 et 2010, sont tombées depuis. C’est en 2013 que leur nombre a été le plus bas avec moins de 70 000 naturalisés. En 2015, 86 608 personnes ont pris la nationalité, 25 044 par mariage (+ 27 %) et 61 564 (+ 6,9 %) par décret.
28 529 personnes ont été régularisées
26 700 personnes ont obtenu l’asile 
En France, en 2015, 28 529 personnes sont concernées. Ils étaient 32 244 en 2014. Ces régularisations peuvent intervenir pour des motifs divers, mais la circulaire Valls de 2012 a surtout permis l’octroi de papiers à des parents dont les enfants étaient scolarisés en France (3 068 en 2015). S’ajoutent 4 218 personnes accueillies pour motif humanitaire et 4 826 personnes pour motif économique.
26 700 personnes ont obtenu l’asile
  hausse de 22 % de ses demandeurs d’asile en 2015
La France affiche une hausse de 22 % de ses demandeurs d’asile en 2015. Les Syriens sont les plus nombreux à l’obtenir selon l’Office français de protection des réfugiés et apatrides. La DGEF n’arrive pas au même décompte. Selon elle, les Soudanais sont devant les Syriens. Chacune de ces deux nationalités a déposé quelque 5 000 demandes en 2015 en France. 
 212 365 personnes ont obtenu un titre de séjour
Plus d’un tiers (66 520) a obtenu ce sésame pour faire des études. Le regroupement familial, toujours critiqué comme une porte béante permettant l’entrée en France, n’a concerné que 12 000 personnes en 2015. L’immigration professionnelle, elle, reste limitée. Les titres de séjour délivrés pour ce motif ne représentent que 9,4 % des premiers titres octroyés.
 29 596 étrangers ont quitté la France
Point essentiel pour le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, qui aime à rappeler le volet « fermeté » de la politique qu’il mène à l’encontre des migrants économiques, 15 485 migrants ont subi un éloignement forcé. Soit 2 % de plus qu’en 2014. S’y ajoutent les éloignements aidés, en baisse eux, de 28 % avec 1 118 personnes concernées et 9 605 départs volontaires spontanés, soit aidés (3 093), soit non aidés (6 512).
 3 197 505 visas d’entrée délivrés
C’est une preuve que le tourisme fonctionne bien. Début 2015, le Quai d’Orsay se félicitait que la France était bien la première destination mondiale. Les Asiatiques sont pour partie responsables de cette place puisque les Chinois se situent, comme en 2014, au premier rang du palmarès avec la délivrance de 824 384 visas. Vient ensuite l’Algérie avec 422 684, le Maroc avec 257 099 et la Russie avec 181 155 visas.
  358 771 visas refusés en 2015
Tout l’art de la politique française est de ne pas se priver de la manne financière qu’est le tourisme tout en limitant les entrées en provenance de certains pays jugés « pays source » pour l’immigration. Reste que le ministère ne souhaite pas communiquer sur la ventilation par nation des 358 771 visas refusés en 2015. Leur nombre a cru de 17,6 % en un an.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Les valeurs progressistes sociétales pour un génocide soft : pourquoi et comment ?

Ce texte (à lire ci-dessous) de Dmitry Orlov a failli m’échapper car le titre ne me plaisait pas. Et puis, cette nuit, la chaleur faisa...