mercredi 6 janvier 2016

Allemagne: agressions sexuelles de masse, la nouvelle arme terroriste du crime organisé turco-albanais

C060116

14:45 -
«Rien ne permet de penser pour l'instant que des demandeurs d'asile seraient impliqués», a affirmé la maire de Cologne, Henriette Reker, "Les agresseurs étaient par groupe de vingt à quarante, des hommes souvent alcoolisés" rapportent des témoins, ce qui exclurait à priori les réfugiés qui sont, pour la plupart, des musulmans. Alors, qui sont ce "millier d'hommes de moins de 30 ans et «d'origines arabes ou nord-africaines»? "«Il s'agit d'une nouvelle forme de criminalité organisée», a commenté à Berlin le ministre de la Justice allemand, Heiko Maas, désignant sans les nommer les mafias turco-albanaises qui sont les pourvoyeurs des réfugiés, depuis leurs pays d'origine jusqu'en Europe et surtout en Allemagne où elles les utilisent pour renforcer leur pouvoir face à l'Etat en augmentant leurs capacités de nuisances terroristes dans la société civile.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Des agressions sexuelles «de masse» choquent l'Allemagne

Par Nicolas Barotte pour Le Figaro, le 6 Janvier 2016

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 6 Janvier 2016


__________***_________

Durant la nuit de la Saint-Sylvestre, des bandes de jeunes se sont livrées à des violences sur des femmes au cœur de Cologne.
Par groupe de vingt à quarante, des hommes souvent alcoolisés ...
La gare centrale de Cologne se trouve à quelques centaines de mètres de la cathédrale, au cœur de la ville. C'est là, durant la nuit de la Saint-Sylvestre, qu'un millier d'individus se sont rassemblés. Par groupe de vingt à quarante, des hommes souvent alcoolisés de moins de 30 ans et «d'origines arabes ou nord-africaines», selon les témoins, ont cerné et agressé des femmes mêlant vol à la tire et attouchements. Au moins un viol a été signalé.
  «agressions sexuelles de masse», selon les termes employés par la police de Cologne
Mardi, le nombre de plaintes déposées s'accumulait au fur et à mesure que l'affaire prenait de l'ampleur: 60 en début de journée, 90 à midi. Ces «agressions sexuelles de masse», selon les termes employés par la police de Cologne, ont suscité l'indignation dans toute l'Allemagne. La chancelière Angela Merkel a notamment exprimé sa «révolte» face à ces «agressions scandaleuses» et réclamé une «réponse forte».
 «Il s'agit d'une nouvelle forme de criminalité organisée»
«Il s'agit d'une nouvelle forme de criminalité organisée», a commenté à Berlin le ministre de la Justice allemand, Heiko Maas. «Il va falloir qu'on réfléchisse, qu'on pense aux moyens à mettre en œuvre pour y faire face», a-t-il ajouté, alors que d'autres faits similaires mais sans avoir la même ampleur ont été signalés à Hambourg et Stuttgart.
cinq jours après les faits, aucun suspect n'avait encore été arrêté
Mardi, cinq jours après les faits, aucun suspect n'avait encore été arrêté. Le nombre d'individus recherchés, parmi le millier de personnes présentes, n'était pas non plus précisé. Mais les autorités promettaient une grande fermeté. 
«Les auteurs, quelle que soit leur origine ou leur religion, doivent être rapidement entendus et devront rendre des comptes. Avec toutes les conséquences», a insisté la ministre de la Famille, Manuela Schwesig.
le profil décrit des agresseurs provoque le malaise
Dans un contexte de tension, lié au défi de l'intégration d'un flux sans précédent de réfugiés dans le pays, le profil décrit des agresseurs provoque le malaise. Heiko Maas a mis en garde contre «toute généralisation». 
L'apparence des agresseurs «ne doit pas conduire à faire peser une suspicion générale sur les réfugiés qui, indépendamment de leur origine, viennent chercher une protection chez nous», a renchéri le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière.
le taux de criminalité des réfugiés n'est pas plus élevé que pour le reste de la population
Cologne compte environ 10.000 réfugiés. Jusqu'à présent, l'arrivée massive de demandeurs d'asile n'a pas provoqué de hausse de l'insécurité en l'Allemagne. Si les centres pour réfugiés ont été la cible d'agressions et si des violences y ont été commises entre demandeurs d'asile, le taux de criminalité des réfugiés n'est pas plus élevé que pour le reste de la population, a conclu un rapport des services de renseignements en novembre dernier.
Rien ne permet de penser pour l'instant que des demandeurs d'asile seraient impliqués
À Cologne, l'hypothèse de bandes organisées n'était pas exclue. «Rien ne permet de penser pour l'instant que des demandeurs d'asile seraient impliqués», a affirmé la maire de Cologne, Henriette Reker. Quoi qu'il en soit les habitants de Cologne s'inquiétaient mardi pour leur sécurité. Certains appelaient à une manifestation contre les violences faites aux femmes. Mardi, la maire Henriette Reker a convoqué une réunion d'urgence de tous ses services. «Nous ne pouvons pas tolérer de zone de non-droit dans la ville», a-t-elle insisté. Quant à la police, elle est sommée par les autorités d'accélérer son enquête. Le 1er janvier, faute de plaintes, elle avait conclu à «une nuit calme».
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Jour J: le jour de tous les possibles, c'est aujourd'hui !

La France métropolitaine va voter aujourd’hui dimanche 23 avril 217 pour le premier tour de l’élection présidentielle. Le choix est simple :...