samedi 19 décembre 2015

Russie: conférence de presse annuelle, les étrennes de Poutine à l'Occident

F191215

14:30 -
"Lors de sa grande conférence de presse de jeudi, le président russe Vladimir Poutine a tendu à l'Occident plusieurs branches d'olivier" rapporte The National Interest cité par Sputnik:
  • Après avoir a rétabli avec succès son statut d'acteur incontournable dans la politique globale, le président russe est prêt à coopérer dans la lutte contre le terrorisme islamique.
  •  Alors que certains Etats européens sont las des sanctions anti-russes, le chef de l'Etat russe semble prêt à un compromis sur l'Ukraine. 
  • Washington ayant maintenant l'intention de laisser le président syrien (ennemi juré d'Erdogan) au pouvoir, Poutine ne cherchera pas à rétablir de bonnes relations avec la Turquie.
Le tout emballé par un "compliment de Vladimir Poutine à l'égard de Donald Trump qui reflète son mépris envers la plupart de l'establishment américain" note The National Interest dans sa conclusion.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Poutine a tendu à l'Occident des branches d'olivier

Sputnik, le 19 Décembre 2015

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 19 Décembre 2015


___________***___________

Lors de la conférence de presse annuelle de Vladimir Poutine, le président russe a notamment essayé de créer une base de coopération avec l'Occident en Syrie.
  Poutine prêt à coopérer dans la lutte contre le terrorisme islamique
Lors de sa grande conférence de presse de jeudi, le président russe Vladimir Poutine a tendu à l'Occident plusieurs branches d'olivier, se montrant prêt à coopérer dans la lutte contre le terrorisme islamique, écrit Nikolas Gvosdev dans les pages du National Interest.

Du point de vue de l'analyste, les questions de politique extérieure ont joué un rôle particulier dans la conférence de presse annuelle de M. Poutine. Il est important de noter que cette conférence s'est tenue après deux évènements marquants.
Poutine a rétabli avec succès son statut d'acteur incontournable dans la politique globale
Il s'agit en premier lieu de la visite du secrétaire d'Etat américain John Kerry à Moscou. Selon l'expert, il a "enfoncé le dernier clou dans le cercueil" des multiples déclarations de l'administration américaine sur le prétendu "isolement" de la Russie.
"Au cours de l'année précédente, Poutine a rétabli avec succès son statut d'acteur incontournable dans la politique globale et le statut de la Russie en tant que puissance qu'on ne peut plus ignorer et mettre de côté", souligne l'auteur.
certains Etats européens sont de plus en plus las des sanctions 
Second événement marquant, les déclarations du premier ministre italien Matteo Renzi. Ce dernier a empêché l'Union européenne de prolonger automatiquement les sanctions contre la Russie, en insistant sur la nécessité d'une analyse détaillée de la question.
"Bien que les sanctions soient sans doute prorogées cette fois-ci, les actions de Renzi ont montré que certains Etats européens sont de plus en plus las des sanctions et cherchent des moyens de les modifier ou de les annuler en 2016", explique M. Gvosdev.
De cette façon, par ses observations, Vladimir Poutine a proposé à l'Occident "plusieurs branches d'olivier" dont l'une est sa volonté de conjuguer les efforts de la Russie avec l'Occident dans la lutte contre les terroristes au Proche-Orient.
il y a des Russes parmi les miliciens dans le Donbass
Autres propos interprétés par M. Gvosdev comme étant un geste de bonne volonté de la part de Vladimir Poutine: la question de la présence de Russes aux côtés des indépendantistes en Ukraine. Il s'agit d'une première confirmation, quoique limitée, du fait qu'il y a des Russes parmi les miliciens dans le Donbass (région du sud-est ukrainien revendiquant l'indépendance vis-à-vis de Kiev, ndlr). Le porte-parole du président, Dmitri Peskov, a expliqué qu'il s'agissait de volontaires et non pas de spécialistes militaires russes.
  le chef de l'Etat russe prêt à un compromis sur l'Ukraine
Selon M. Gvosdev, le chef de l'Etat russe semble avoir montré à l'Occident qu'il était prêt à un compromis sur l'Ukraine, tout en essayant de créer une base solide pour la coopération en Syrie.
ses relations avec le président turc semblent s'être détériorées pour de bon
Le leader russe a aussi laissé entendre que ses relations personnelles avec le président turc Recep Tayyip Erdogan semblent s'être détériorées pour de bon, alors qu'avant l'incident de l'avion russe abattu par la Turquie à la frontière syrienne, il semblait que les deux pays consolidaient leurs liens.
intention de Washington de laisser au pouvoir Bachar el-Assad 
La Russie, selon M. Gvosdev, peut se permettre d'être intransigeante envers Ankara, compte tenu tant de l'intention de Washington de laisser au pouvoir Bachar el-Assad (dont le départ est souhaité par Ankara) que de l'élargissement du gazoduc Nord Stream, qui rend le projet Turkish Stream non rentable.
le président russe ne prend pas au sérieux les autres candidats à la présidence des Etats-Unis
Le compliment de Vladimir Poutine à l'égard de Donald Trump, candidat à la présidence américaine, reflète, selon l'analyste, son mépris envers la plupart de l'establishment américain. En outre, ce compliment signifie que le président russe ne prend pas au sérieux les autres candidats à la présidence des Etats-Unis, aussi bien républicains que démocrates.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Course à l'Elysée: vers un troisième tour gagnant pour Le Pen ?

L'arrivée de M Le Pen au second tour annoncée par tous les sondages favorise la montée en puissance d'E. Macron qui est au coude à c...