lundi 14 décembre 2015

Corse: régionales, les nationalistes passent à deux "doigts" de la majorité absolue

D141215

11:25 -
"Nul, à vrai dire, n’avait prédit cette conquête inespérée du pouvoir territorial par les nationalistes qui obtiennent 24 sièges, soit deux sièges de moins que ne le réclame l’arithmétique électorale pour obtenir la majorité absolue" rapporte Le Monde.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Elections régionales : victoire historique des nationalistes en Corse 

Par Antoine Albertini (Bastia, correspondant) pour Le Monde, le 14 Décembre 2015 

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 14 Décembre 2015 
_____________***____________

Comme un mauvais réflexe hérité des années de plomb, un cordon de CRS a été déployé derrière les grilles de la préfecture de Corse, dimanche 13 décembre au soir, à Ajaccio. Mais cette inutile démonstration de force a laissé de marbre des centaines de sympathisants nationalistes, tout occupés à communier dans la victoire quelques centaines de mètres plus loin, devant le siège de l’Assemblée de Corse. 
deux sièges de moins que ne le réclame l’arithmétique électorale pour obtenir la majorité absolue
Trente-cinq pour cent des suffrages exprimés dans l’île ont propulsé 24 de « leurs » candidats sur les bancs de l’hémicycle territorial. Soit deux sièges de moins que ne le réclame l’arithmétique électorale pour obtenir la majorité absolue.
conquête inespérée du pouvoir 
En Corse, cette conquête inespérée du pouvoir territorial témoigne sans conteste du franchissement d’une nouvelle étape dans l’histoire politique locale, qui traduit un « avant » et un « après »-13 décembre 2015.
 Nul, à vrai dire, n’avait prédit un tel raz­-de-­marée
Nul, à vrai dire, n’avait prédit un tel raz­-de-­marée. A commencer par les nationalistes eux-mêmes, persuadés que le second tour de ces élections territoriales très disputées ne départageraient qu’à la décimale près la liste « Pè a Corsica » (« Pour la Corse ») qui unissait nationalistes et indépendantistes, et « Prima a Corsica » (« La Corse d’abord »), la formation conduite par Paul Giacobbi, député (DVG) de la Haute-­Corse et président sortant du conseil exécutif. Une institution propre, à l’organisation spécifique, de la collectivité territoriale de la Corse, sorte de mini-gouvernement de l’île.
la courte avance espérée par les plus optimistes s’est muée en franche victoire 
Mais au sortir des urnes, dimanche soir, la courte avance espérée par les plus optimistes s’est muée en franche victoire à mesure qu’étaient proclamés les résultats officiels, d’Ajaccio à Bastia en passant par les minuscules communes de l’intérieur de l’île. A Bastia, le maire nationaliste Gilles Simeoni, tête de la liste « Pè a Corsica » rafle 45 % des suffrages et arrive en première position dans la totalité des 26 bureaux de vote. A Ajaccio, sa liste améliore son score du premier tour de plus de 2 000 voix.
 les nationalistes s’affirment comme la première force politique corse
Pour l’ensemble de l’île, ses résultats enregistrent un bond spectaculaire, de près de 20 000 voix, et les nationalistes s’affirment comme la première force politique corse, y compris dans des dizaines de communes rurales acquises de longue date aux forces politiques traditionnelles – le « clan », dans la terminologie militante nationaliste.

Des scènes de liesse ont accueilli la proclamation officielle des résultats engrangés par la liste « Pè a Corsica ». A Bastia, après avoir été porté en triomphe sur le parvis de l’ancien hôtel de ville, siège du bureau centralisateur de la ville, M. Simeoni a été rejoint par Jean­-Guy Talamoni, son colistier indépendantiste, pour recevoir les acclamations de plusieurs centaines de personnes massées aux abords de la place du Marché, où des chants patriotiques corses ont ponctué les vivats et un défilé de bandere, le drapeau corse frappé de la tête de Maure.
  MM. Simeoni et Talamoni ont multiplié les appels à la concorde
Après avoir dédié leur victoire « aux femmes et aux hommes qui ont sacrifié leur liberté et parfois leur vie pour [leur] idéal », MM. Simeoni et Talamoni, opposés au premier tour avant la signature d’un pacte d’union au second, ont multiplié les appels à la concorde, en affirmant vouloir œuvrer « en faveur du peuple corse dans son ensemble et pas seulement de [leurs] électeurs ».

Principal adversaire des nationalistes unis, Paul Giacobbi a dû, lui, se résoudre à constater l’ampleur d’une défaite d’autant plus cinglante que sa liste alignait nombre d’élus de premier plan, dont plusieurs membres de son conseil exécutif sortant. Elle bénéficiait, en outre, d’importants relais auprès des responsables politiques, y compris à droite. Ainsi José Galletti, maire (div. g.) de Lucciana (Haute-­Corse), importante commune de la périphérie bastiaise, avait-­il adressé à ses administrés, au cours de la campagne, deux lettres leur conseillant de voter en faveur de M. Giacobbi.

Mis en examen au côté d’une vingtaine de personnes pour « détournement de fonds publics » dans l’affaire dite des « gîtes ruraux » ­ – 380 000 euros de subventions du conseil général de la Haute-­Corse indûment utilisés à des fins personnelles, estime la justice –, Paul Giacobbi a dû, par ailleurs, faire face au morcellement d’une gauche locale passablement déboussolée. Au premier tour, pas moins de cinq listes concurrentes couvraient le spectre particulier de ce courant d’idées en Corse. Depuis la tendance « républicaine » ­ – « jacobine » selon ses détracteurs – incarnée par Jean Zuccarelli, jusqu’à la frange « progressiste » représentée par le jeune maire (PS) de Bonifacio, Jean-Charles Orsucci, ou Emmanuelle de Gentili, adjointe au maire de Bastia et élue du bureau national du PS.

Dans ces conditions, privé de marge de manœuvre au sein même de son propre camp, M. Giacobbi s’est vu distancer de 10 000 voix par les nationalistes. Majoritaires dans les urnes et sur les bancs de l’hémicycle régional, ceux-­ci parviendront-­ils à conquérir les places stratégiques de présidents de l’Assemblée de Corse et du conseil exécutif ? Un temps redoutée, la création d’un « front républicain » associant droite et gauche avait déjà permis, en 1992, de faire barrage à des nationalistes dont les voix additionnées atteignaient le quart des suffrages.

Cette hypothèse ne semble pas, aujourd’hui, recueillir les faveurs des partis politiques insulaires. L’autre nouveauté de ce scrutin unanimement qualifié d’« historique » dans l’île : le retour du Front national à l’Assemblée de Corse, dont la présence avait connu une éclipse de dix­-sept années. 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La présence de Macron et Le Pen au second tour sonne-t-elle la fin du clivage gauche/droite ?

Les commentateurs sont unanimes : c’est la fin des partis politiques traditionnels qui s’alternent au pouvoir depuis la fin de la secon...