jeudi 19 novembre 2015

France: raid de St Denis, tout ça pour rien?

A191115

06:35 -
"L’assaut mené mercredi à l’aube par les policiers du Raid et de la BRI a débouché sur l’arrestation de huit personnes, placées en garde à vue. Mais ni Abaaoud, ni Salah Abdeslam, l’un des auteurs présumés des attaques actuellement en fuite, n’en font partie" a affirmé mercredi le procureur de Paris, François Molins cité par l'AFP.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Incertitudes sur le sort d’Abdelhamid Abaaoud, instigateur présumé des attentats du 13 novembre 

Le Monde avec AFP, le 19 Novembre 2015 

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 19 Novembre 2015 
_________***___________

Abdelhamid Abaaoud a-t-il été tué mercredi dans l’assaut de Saint-Denis ? Est-il en fuite ? L’incertitude plane jeudi 19 novembre sur le sort du commanditaire présumé des attentats du 13 novembre qui ont fait au moins 129 morts, vendredi, à Paris et à Saint-Denis.
 arrestation de huit personnes mais ni Abaaoud, ni Salah Abdeslam n’en font partie
L’assaut mené mercredi à l’aube par les policiers du Raid et de la BRI a débouché sur l’arrestation de huit personnes, placées en garde à vue. Mais ni Abaaoud, ni Salah Abdeslam, l’un des auteurs présumés des attaques actuellement en fuite, n’en font partie, a affirmé mercredi le procureur de Paris, François Molins.

M. Molins a fait état d’au moins deux morts parmi les occupants de l’appartement visé : un « corps criblé d’impacts » et inidentifiable visuellement, et une personne qui s’est faite exploser à l’arrivée des policiers d’élite, vraisemblablement celui d’une femme « mais ce point devra cependant être vérifié par l’examen des corps », a-t-il précisé.

Selon François Molins, les enquêteurs avaient recueilli lundi un témoignage « faisant état de la présence d’Abaaoud sur le territoire français ». Ce témoignage, « qui a fait l’objet de nombreuses vérifications téléphoniques et bancaires », a abouti à l’assaut deux jours plus tard. Et « tout laisse à penser que (...) ce commando pouvait passer à l’acte », a ajouté le procureur de Paris.

Salah Abdeslam toujours activement recherché

La traque se poursuit par ailleurs contre Salah Abdeslam, 26 ans, soupçonné d’être un des membres du groupe qui a mitraillé vendredi les terrasses de cafés et restaurants parisiens, avec son frère Brahim Abdeslam, qui s’est fait exploser.

Il est activement recherché, notamment en Belgique où les attaques ont été organisées selon les autorités françaises et où il aurait été exfiltré samedi matin depuis Paris. Deux complices présumés de cette fuite ont été arrêtés à Bruxelles et inculpés par la justice belge pour « attentat terroriste ».

François Molins a par ailleurs indiqué que la veille des attaques, les trois voitures utilisées par les commandos étaient arrivées en France « quasiment en convoi depuis la Belgique à dix minutes d’intervalle ».

Depuis les attentats, 414 perquisitions administratives ont été menées, entraînant 64 interpellations, 118 assignations à résidence, et 75 armes saisies, dont 11 armes de guerre. Toutes ces perquisitions ne sont pas liées aux attentats du 13 novembre.

Vote à l’Assemblée sur la prolongation de l’état d’urgence


C’est dans ce contexte pesant que les députés votent jeudi un projet de loi renforçant l’état d’urgence, décrété par François Hollande dès vendredi soir. Ce texte, qui devrait recevoir un très large assentiment de l’Assemblée avant d’être soumis vendredi au vote du Sénat en vue d’une adoption définitive, prévoit la prolongation de l’état d’urgence pour une durée de trois mois à compter du 26 novembre, soit jusqu’à fin février.

Le projet de loi prévoit également, comme l’avait annoncé François Hollande lundi, d’élargir le régime des assignations à résidence « à toute personne à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace sérieuse à l’égard de l’ordre public », a précisé Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement.

M. Le Foll a fait savoir que les locaux des parlementaires, des avocats, des magistrats et des journalistes ne pourront être visés par des perquisitions administratives – décidées sans l’accord d’un juge. Le procureur sera informé de toute décision de perquisition. Les ordinateurs, téléphones portables et toutes les données numériques pourront également être visés. Enfin, le projet de loi supprime une disposition du texte de 1955 qui permettait d’ordonner une censure de la presse.

Sur le terrain extérieur, les frappes aériennes menées par la France et la Russie au cours des derniers jours dans le nord de la Syrie ont causé la mort de 33 djihadistes de l’Etat islamique, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une organisation basée à Londres et qui dispose d’un réseau d’informateurs dans le pays.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


L’Italie sur le chemin de la Grèce : migrations désordonnées >>> faillites bancaires

L’analyse de SIMONE WAPLER sur cdn.publications-agora.com est intéressante et mérite d’être lue (article ci-dessous) mais cette analyse...