vendredi 27 novembre 2015

France: pourquoi l'hommage national aux victimes des massacres du 13 Novembre à Paris est parfaitement légitime

B271115

05:10 -
"Solennité et sobriété doivent marquer ce vendredi matin la cérémonie des Invalides à la mémoire des victimes du vendredi 13 novembre. Les noms et âges des 130 personnes tuées par les terroristes seront lus à haute voix" rapporte Le Figaro.

Le respect que je dois aux victimes du 13 Novembre à Paris m'oblige à écrire à leur famille que leurs proches ne sont pas mort du terrorisme djihadiste mais ont été sacrifiés dans le contexte de la guerre de l'Occident contre la Russie qui refuse de se soumettre au suprématisme US. C'est pour cette raison-là qu'un hommage national parfaitement légitime leur sera rendu aujourd'hui aux Invalides.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
L'hommage de la France aux victimes des attentats de Paris

Par Marie-Amélie Lombard pour Le Figaro le 26 Novembre 2015


Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 27 Novembre 2015


___________***___________

Solennité et sobriété doivent marquer ce vendredi matin la cérémonie des Invalides à la mémoire des victimes du vendredi 13 novembre. Les noms et âges des 130 personnes tuées par les terroristes seront lus à haute voix.

«Ce que nous sommes»: ces mots seront scandés ce vendredi matin par François Hollande aux Invalides. Pour rappeler que les terroristes ont frappé la France dans sa chair et dans son âme. Qu'ils ont voulu tuer une façon de vivre et d'être. Les terrasses à la mode des cafés parisiens comme les gradins enfiévrés du Stade de France ou la fosse joyeuse du Bataclan. La place de la République où la nation se rassemble comme les jardins du Luxembourg où les amoureux s'embrassent. Le pudique Barack Obama l'a confié mardi: la photo d'un tel baiser parisien avec Michelle orne sa table de nuit.

La cour d'honneur des Invalides et sa batterie de soixante canons en bronze accueillent donc ce matin, à 10 h 30, la cérémonie d'hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Plus de deux mille personnes seront présentes. Le choix des Invalides s'est vite imposé. Autant pour la solennité de l'enceinte militaire que pour des raisons pratiques, un lieu clos étant plus facile à sécuriser. Une immense tribune a été dressée où prendront place les familles des 130 victimes, ainsi que les blessés qui auront souhaité et pu se déplacer, accompagnés, si besoin, d'une assistance médicale. Soit quelque 1 300 personnes. Autour d'elles, seront installés le gouvernement, bon nombre de parlementaires, les autres corps constitués ainsi que les responsables des partis politiques dont Nicolas Sarkozy, invité, lui, comme ancien chef de l'État (Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing ne participent plus à des événements officiels). Une large partie de la République sera ainsi réunie pour une cérémonie d'environ une heure. Le corps diplomatique est aussi attendu. Les victimes du vendredi 13 étaient de vingt nationalités différentes.



Pour déterminer les temps forts de la cérémonie, plusieurs réunions se sont tenues toute la semaine. C'est lundi après-midi, à l'Élysée, que naît l'idée d'inciter les Parisiens à accrocher ce jour-là un drapeau à leur fenêtre. François Hollande et son cabinet, entourés de Manuel Valls et de plusieurs ministres, cherchent alors comment associer la population à cet hommage, sachant que tout rassemblement est interdit et que l'esplanade des Invalides sera donc fermée. Autour d'un «leitmotiv» - la solennité et la sobriété - le déroulement de l'hommage national est peu à peu défini. Il commencera par La Marseillaise, interprétée par la musique de la garde républicaine. Puis les noms et âges de chacune des 130 victimes seront énoncés et résonneront dans les haut-parleurs de la cour d'honneur. Une longue énumération par une voix «neutre», préférée à celle d'une personnalité connue. Les photos de ceux qui ont péri dans les attentats doivent, elles, former un «mur d'images», projetées sur écran, pour un éphémère mémorial.

Seul le chef de l'État prononcera un discours (lire ci-dessous). La musique sera très présente au long de l'hommage qui s'achèvera par une Marseillaise chantée en chœur par le public.

Lundi, la planète réunie au Bourget - 150 chefs d'État ou de gouvernement participent à la COP21 -honorera également la mémoire des victimes des attaques de Daech.

Une minute de silence sera observée avant l'ouverture des débats. Depuis quinze jours,Paris est une fête est, paraît-il, très demandé dans les librairies. L'esprit exubérant de Hemingway plutôt que le souffle mauvais des djihadistes.
Hollande rendra hommage à la génération qui a payé le plus lourd tribut

Comme il l'avait fait pour l'hommage aux victimes des attentats de janvier, François Hollande travaillera à son texte jusqu'au dernier moment, sans doute une grande partie de la nuit de jeudi à vendredi, qu'il passera notamment en vol entre Moscou et Paris. Il finalisera vendredi matin, avant la cérémonie.Le chef de l'État a commencé à y réfléchir mercredi, lors d'un déjeuner avec sa garde rapprochée. Il souhaite un hommage «beau» et «solennel».

Hollande a demandé à son équipe des éléments biographiques sur chacune des victimes, même s'il ne pourra pas les évoquer toutes. «Son premier objectif est de rendre hommage aux personnes décédées ou blessées», explique un conseiller. À travers elles, le chef de l'État rendra un hommage à la génération qui a payé le plus lourd tribut le 13 novembre: 60 % des victimes avaient moins de 35 ans. Hollande devrait dire que c'est non seulement une génération mais aussi un mode de vie (la musique, la fête, la convivialité, l'amitié ou l'amour, la vie tout simplement) qui ont été frappésen plein cœur par les djihadistes. Le président appellera les Français à renouer avec «la vie», meilleure réponse à ceux qui célèbrent la mort. Ses conseillers ont aussi fait passer au président des «sources d'inspiration», textes ou poèmes. Mais «ce sera lui qui fera le choix des mots», assure un proche. «Ce discours repose sur ses épaules.»
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Pourquoi je m’en fiche complètement que le quotidien Le Monde mente à ses lecteurs

Lors de son audition à la Chambre du Congrès, Comey a reconnu qu’il n’y avait pas d’enquête en cours pour déterminer les éventuelles col...