mardi 24 novembre 2015

Belgique: alerte anti-terroriste, il est temps d'amorcer un retour à la normale

A241115

04:25 -
"Faute de précisions officielles, il est difficile de saisir si la police progresse ou patine or, si d'un côté la police et la justice veulent garder la main, de l'autre plusieurs ministres indiquent à demi-mot que les contraintes vont devenir intenables et il est temps d'amorcer un retour à la normale" rapporte Le Figaro.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
L'alerte antiterroriste maintenue à Bruxelles, un nouveau suspect inculpé

Par Jean-Jacques Mevel pour Le Figaro, le 23 Novembre 2015

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 24 Novembre 2015


_________***_________

Le premier ministre belge a annoncé que les écoles et métros ne rouvriront «progressivement» qu'à partir de mercredi. Un suspect a par ailleurs été inculpé lundi pour participation aux attentats de Paris.
 il est difficile de saisir si la police progresse ou patine
Bruxelles, partagée entre le réflexe de sécurité et les contraintes d'une alerte à rallonge, a vécu lundi sa première journée de travail au ralenti, au milieu des patrouilles militaires. Le parquet a signalé dans la matinée l'interpellation de cinq personnes supplémentaires à Bruxelles et à Liège, un autre suspect étant inculpé «de participation aux activités d'un groupe terroriste et d'attentat terroriste» en lien avec les attentats de Paris. Faute de précisions officielles, il est difficile de saisir si la police progresse ou patine contre Salah Abdeslam et les complices de cet acteur-clé des attaques à Paris.
 «Le travail n'est pas fini, l'opération doit être poursuivie»
«Le travail n'est pas fini, l'opération doit être poursuivie», a annoncé le ministre de l'Intérieur Jan Jambon à la télévision. L'alerte de niveau 4, la plus élevée, a été lancée samedi pour contrer une menace «grave et imminente» dans la capitale. Trois jours plus tard, il semblait délicat de lever l'alarme sans avancée décisive de l'enquête, ni explication convaincante à un public inquiet.
  les contraintes vont devenir intenables et il est temps d'amorcer un retour à la normale
Le gouvernement fédéral a décidé lundi soir de reconduire ce régime de surveillance et de précaution pour au moins six jours, jusqu'à lundi prochain. Jan Jambon entend le maintenir «le temps qu'il faudra». Mais le métro et les écoles pourraient rouvrir progressivement à partir de mercredi. Plusieurs ministres indiquent à demi-mot que les contraintes vont devenir intenables et qu'il est temps d'amorcer un retour à la normale.
 la police et la justice veulent garder la main
D'après les rares détails fournis par le parquet, la police et la justice veulent garder la main pour cerner les contours d'un «noyau dur» du terrorisme centré sur Salah Abdeslam, lui-même toujours en fuite. L'«ennemi public numéro un» ne figure pas parmi les 16 personnes interpellées, dans la nuit de dimanche à lundi, durant un spectaculaire coup de filet conduit dans plusieurs communes de Bruxelles. Une somme de 26.000 euros en liquide a été saisie, mais ni armement, ni explosifs, d'après le parquet.

En revanche, une arme de poing et des taches de sang ont bien été retrouvées jeudi, dans la voiture d'Abrahim Lazez, depuis inculpé. C'est lui qui aurait «exfiltré» Salah Abdeslam de France, le 14 novembre. Il est aussi proche d'Abdelhamid Abaaoud, instigateur vraisemblable des attentats à Paris et finalement tué dans l'assaut du Raid à Saint-Denis. Cette découverte et des renseignements arrachés à des proches de Bilal Hadfi, l'un des trois kamikazes du Stade de France, auraient précipité l'alarme.

Tant qu'elle n'est pas levée, un bon million de Bruxellois doit continuer à vivre à bas régime, dans une cité étrangement triste et calme. Le métro reste fermé, ce qui a engendré de solides embouteillages à la périphérie lundi matin. Et le cœur historique est pratiquement à l'arrêt avec, sur la Grand-Place, un transport de troupe blindé garé à côté d'un grand sapin de Noël illuminé. Les jeunes et les touristes ne sont plus de la partie. Les portes de toutes les maternelles, écoles, lycées et universités sont restées fermées à 300.000 enfants et adolescents.

Entre la garde des enfants pour les citadins et l'allongement des délais de transport pour les banlieusards, beaucoup ont préféré rester chez eux. Les banques et les entreprises tertiaires organisent, comme elles peuvent, le télétravail. La plupart des petits commerces d'alimentation ont gardé le rideau ouvert. Des autobus, des tramways et des trains circulent.

Mais tout ce qui attire les foules et les attroupements a dû mettre la clef sous la porte: les galeries marchandes, les cinémas, les musées et bien sûr le métro. Il s'agit de réduire le nombre de «cibles» potentielles et de réserver les unités de la police et de l'armée à la protection de ce qui est vraiment indispensable. Les institutions de l'UE, qui emploient plus de 20.000 personnes à Bruxelles, ont restreint certaines activités. Le QG de l'Otan, lui aussi installé dans la capitale, a limité le nombre de visiteurs.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Erdogan a confirmé l'achat du système anti-missile russe S-400

« Signe des bonnes relations entre la Turquie et la Russie, Recep Tayyip Erdogan a pour sa part confirmé l'achat du système anti-mi...