mardi 10 novembre 2015

Allemagne: guerre migratoire, "Merkel a exacerbé le problème, à elle de le régler!"

E10115

13:50 -
"Combien de temps Angela Merkel peut-elle encore s'accrocher à sa promesse de donner un asile allemand à tous les demandeurs syriens? Elle a exacerbé le problème, à elle de le régler!" rapporte Le Figaro.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
L'Europe somme Merkel de se raviser sur les réfugiés

Jean-Jacques Mevel pour Le Figaro, le 10 Novembre 2015

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 10 Novembre 2015


____________***____________

Les ministres de l'Intérieur européens se sont réunis à deux jours d'un sommet à Malte, avec des chefs d'État africains.
 Depuis cinq ans, l'Europe danse au même rythme qu'Angela Merkel
Depuis cinq ans, l'Europe danse au même rythme qu'Angela Merkel, mais cette chorégraphie bien huilée risque de connaître sous peu un sérieux accroc. La chancelière, à peu près seule en piste sur le dossier explosif de l'ouverture aux réfugiés, se retrouve sous pression pour changer sans délai de partition.
  G20 dimanche avec Obama, Poutine et  Erdogan
D'ici à une semaine, l'isolement croissant de cette femme de pouvoir déjà égratignée dans sa coalition de gouvernement va se trouver sous les projecteurs de trois rendez-vous internationaux: un sommet euro-africain à La Valette mercredi, suivi jeudi d'un Conseil européen «extraordinaire», juste avant le conclave du G20 dimanche à Antalya avec entre autres Barack Obama, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan.
  combien de temps Angela Merkel peut-elle encore s'accrocher
Chacun de ces huis clos a son propre agenda, mais le fil rouge est le même: face au risque de dislocation de l'UE sur l'afflux des réfugiés et sur le contrôle des frontières, combien de temps Angela Merkel peut-elle encore s'accrocher à sa promesse de donner un asile allemand à tous les demandeurs syriens?
 Elle a exacerbé le problème, à elle de le régler!
«Elle a exacerbé le problème, à elle de le régler!», entend-on dire à Bruxelles. Sur la scène européenne, la controverse est encore feutrée, à la différence du règlement de compte partisan qui se dessine à Berlin.
  plusieurs capitales ne verraient pas d'un mauvais œil la suprématie allemande se fissurer
Mais l'attente est la même: «Tout le monde voudrait que la chancelière revienne d'une façon ou d'une autre sur la parole donnée en août, dit un responsable associé à la préparation des sommets. Il poursuit: le manque de soutien européen la déçoit sans doute autant que les dérobades qui viennent saper son autorité au Bundestag.» Il pourrait aussi ajouter que plusieurs capitales ne verraient pas forcément d'un mauvais œil la suprématie allemande se fissurer.

C'est Donald Tusk, président du Conseil européen et hôte des deux sommets maltais à venir, qui a brisé l'omerta en public, au plus haut échelon de l'UE. Dimanche, il a directement appelé Angela Merkel à se montrer plus ferme face aux réfugiés.
 l'Allemagne a la responsabilité de contrôler les frontières extérieures de l'UE
«En tant que pays moteur de l'Europe, l'Allemagne a la responsabilité de contrôler les frontières extérieures de l'UE, de manière énergique si nécessaire», dit-il dans les colonnes de l'hebdomadaire Welt am Sonntag.
Merkel  court derrière les événements
Ces dernières années, les dirigeants français, grecs, italiens ou espagnols ont reçu des avertissements de la même eau, à propos de leur gestion budgétaire. Mais à destination de la chancelière allemande, le ton est inédit. La critique porte aussi sur le style, désormais jugé trop hésitant: «Dans ses bras de fer avec Athènes, Angela Merkel avait toujours une option de rechange, un plan B, note un diplomate. Sur la crise des réfugiés, elle n'en a pas. Elle court derrière les événements.» Un haut responsable européen, soucieux d'anonymat, confie ne l'avoir jamais vue aussi désorientée.
  c'est bien à la chancelière qu'il revient urgemment de bouger…
Les rendez-vous de la semaine risquent de confirmer d'autres mauvaises nouvelles pour Angela Merkel. Les deux solutions d'urgence qu'elle pousse depuis l'été - la mobilisation des Grecs pour qu'ils s'attellent enfin au contrôle de la mer Égée et l'enrôlement des gardes-frontières turcs au service de l'Europe - ne sont sans doute par pour demain. Le premier ministre Tsipras est tenté de rendre la monnaie de sa pièce à Berlin, tout comme le président Erdogan à l'UE tout entière. Et pour à peu près tous les autres, c'est bien à la chancelière qu'il revient urgemment de bouger…
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Trumpisme, le suivisme européen en question

Bien qu’il soit difficile de comprendre le trumpisme tant son auteur sort des codes habituels de la politique, il semble qu’il provoque che...