vendredi 9 octobre 2015

UE: Monsieur Obama, "on ne parle pas ainsi de la Russie sinon les Russes font parler d'eux très vite"

A091015

00:05 -
" (Monsieur Obama), on ne parle pas ainsi de la Russie, on ne la traite pas de puissance régionale et il ne faut pas davantage pousser les Russes du devant de la scène sans quoi, comme nous l'avons vu, ils font parler d'eux très vite" a déclaré le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker, cité par Sputnik.

~~~~~~~~~~~~~~
Les Occidentaux doivent «traiter la Russie d'égal à égal», assure Jean-Claude Juncker

Sputnik, le 8 Octobre 2015

Titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 9 Octobre 2015


_______***_______

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker a annoncé jeudi que les Occidentaux devaient «traiter la Russie correctement» et «d'égal à égal», critiquant la déclaration de Barack Obama qui a qualifié Moscou de «puissance régionale».
«On ne parle pas ainsi de la Russie» 
«On ne parle pas ainsi de la Russie», a indiqué Junker ajoutant qu’on doit traiter les Russes correctement, pointant ainsi du doigt la déclaration du président américain. «La Russie veut être traitée d'égal à égal, et là-dessus les Russes ont raison», a-t-il poursuivi.
il ne fallait pas pousser les Russes sans quoi ils font parler d'eux très vite
Le dirigeant européen a également souligné qu’il ne fallait pas pousser les Russes du devant de la scène sans quoi, «comme nous l'avons vu, ils font parler d'eux très vite», a-t-il martelé.
  les occidentaux se sont montrés très critiques
Dès que la Russie a entamé le 30 septembre son opération militaire en Syrie visant les positions de Daesh, les occidentaux se sont montrés très critiques, sans être réservés dans les jugements. De nombreux soupçons ont été émis à l’encontre de Moscou. Pour ne citer qu’un exemple, le Pentagone a rapidement affirmé que les raids russes «ne visaient probablement pas l'Etat islamique».
  Lavrov a rejeté toutes ces accusations en les qualifiant d’infondées
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a toutefois rejeté tous ces accusations en les qualifiant d’infondées. «Les rumeurs indiquant que les objectifs de ces frappes n'étaient pas l'EI ne sont en rien fondées» a-t-il déclaré.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Avec l’affaiblissement de ses soutiens et le départ de Bannon, Trump est sous contrôle

«… l’inquiétude affichée sur la Corée du Nord a été remplacée par les nouveaux développements domestiques aux USA avec l’affaiblissemen...