lundi 14 septembre 2015

UE: des grands camps de détention en Grèce et en Italie pour les déboutés du droit d'asile

Q140915

22:00 - "Un projet de déclaration des ambassadeurs européens appelle à la création de camps de réfugiés plus grands en Italie et en Grèce avec la mise en place de mesures de détention pour ceux dont les demandes d'asile sont rejetées et dont le retour volontaire n'est pas possible" rapporte Sputniknews citant le Guardian.
~~~~~~~~~~~~~~~~
Les dirigeants de l'UE devraient approuver des camps de détention massive des réfugiés a rejeter

Sputniknews, le 14 Septembre 2015

Traduction, titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 14 Septembre 2015


________***_______

Lors d'une réunion de crise à Bruxelles pour répondre à l'aggravation de la crise des réfugiés, les ministres de l'Union européenne (de l'UE) sont attendus pour soutenir un nouveau plan qui prévoit la détention des soi-disant «migrants irréguliers», et construire des plus grands camps de réfugiés en dehors de l'Europe pour empêcher les gens d'entrer.
 nécessité d'une approche plus globale et concertée
La réunion de Bruxelles de lundi vient alors que l'Allemagne a imposé des restrictions temporaires sur sa frontière avec la Hongrie ce week-end, ce qui indique qu'elle pourrait bientôt atteindre ses limites à absorber le flux de réfugiés et signale la nécessité d'une approche plus globale et concertée pour la crise avec les autres pays de l'UE.
  Les restrictions imposées par l'Allemagne sont considérées comme un moyen de faire pression
L'Allemagne a soutenu l'appel lancé par la Commission européenne la semaine dernière exigeant qu'au moins 22 pays de l'UE acceptent de nouveaux quotas pour la redistribution de 160.000 réfugiés coincés en Italie, en Grèce et en Hongrie. Les restrictions temporaires imposées par l'Allemagne sont largement considérées comme un moyen de faire pression sur les pays qui résistent aux quotas obligatoires, principalement en Europe centrale et orientale.
réduire les demandes obligatoires de quotas de réfugiés
Le nouveau système de quotas a mis les ministres de l'UE à couteaux tirés, avec des pays comme la Slovaquie et la République tchèque qui rejettent la proposition. Lors de la réunion de Bruxelles, les ministres sont attendus pour réduire les demandes obligatoires de quotas de réfugiés.
création de camps de réfugiés plus grands et "mesures de détention."
Les ministres sont également préparés à accepter un nouveau plan proposé par les ambassadeurs européens pour la réunion de Bruxelles. Le plan, décrit dans un projet de déclaration de quatre pages, appelle à la création de camps de réfugiés plus grands en Italie et en Grèce, où commence le flux initial de réfugiés dans leur voyage vers l'Europe, et pour la mise en place de "mesures de détention."
  Le projet met l'accent sur les mesures pour ceux dont les demandes sont rejetées
Obtenu par le Guardian, le projet-déclaration dit: "des installations de réception seront organisées de manière à accueillir temporairement les personnes" en Italie et en Grèce, tandis que leurs demandes d'asile sont traitées. Le projet met l'accent sur la nécessité de traiter ces demandes rapidement, soulignant les mesures pour ceux dont les demandes sont rejetées.
identifier les migrants en situation irrégulière qui doivent être renvoyés
"Il est crucial que des mécanismes solides deviennent immédiatement opérationnels en Italie et en Grèce pour assurer l'identification, l'enregistrement et les empreintes digitales des migrants; identifier les personnes ayant besoin de protection internationale et soutenir leur réinstallation; et identifier les migrants en situation irrégulière qui doivent être renvoyés," a indiqué le communiqué , selon le Guardian.
ces demandeurs d'asile déboutés peuvent être internés s'ils tentent de quitter la Grèce ou l'Italie 
En outre, les autorités européennes vont établir des "équipes d'intervention rapide aux frontières» et les déployer au "frontières extérieures sensibles." La déclaration note que ces demandeurs d'asile déboutés peuvent également être internés s'ils tentent de quitter la Grèce ou l'Italie pour un autre pays.
Lorsque le retour volontaire n'est pas possible, des mesures de détention ... devraient être appliquées
"Lorsque le retour volontaire n'est pas possible et que d'autres mesures sur le retour sont insuffisantes pour éviter les mouvements secondaires, des mesures de détention ... devraient être appliquées." (...)
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~