mercredi 2 septembre 2015

Syrie: les réfugiés syriens sont essentiellement des opposants (anti-Assad) et des activistes (terroristes?) (HCR).

G020915

11:00 -
"Depuis octobre 2013, le HCR reconnaît la quasi-totalité des Syriens qui quittent le pays d’emblée comme des réfugiés, qu’ils aient obtenu le statut ou non : les opposants, les activistes, les civils, les journalistes, les Kurdes, tous les groupes religieux sans exception. Les seules personnes à ne pas être considérées comme des réfugiés sont celles qui ont participé à des violences – attaques, viols, prises d’otage" rapporte Le Monde.

~~~~~~~~~~~~~~
Réfugiés syriens : la Turquie, le Liban et la Jordanie en première ligne

Par Pierre Breteau pour Le Monde, le 2 Septembre 2015

Inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 2 Septembre 2015


_________***_________

Ce sont plus de 4 millions de réfugiés syriens que le HCR (Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) a pris en charge depuis avril 2011 au Proche-Orient.
En août 2015, c’est la Turquie qui en accueillait le plus grand nombre, avec près de 2 millions de personnes – pour 74,9 millions d’habitants –, suivie par le Liban où se sont réfugiés 1,1 million de Syriens – pour seulement quatre fois plus d’habitants dans le pays.

Si les Syriens ont commencé à affluer vers les pays limitrophes dès 2011, c’est en 2013 que leur nombre explose, passant de 133 000 à plus de 800 000 au Liban. Leur nombre a également doublé en Turquie et en Jordanie (à noter que ce pays a déjà connu un fort afflux de réfugiés : entre 450 000 et 500 000 Irakiens de 2006 à 2011).

Notre carte, construite à partir des données du HCR, présente l’intégralité des personnes « réfugiées » au sens du HCR. En effet, si en Europe, les autorités utilisent volontiers le mot « migrants » pour définir les Syriens qui cherchent à se rendre sur le continent, le HCR ne fait quasiment aucune distinction.
le HCR reconnaît la quasi-totalité des Syriens qui quittent le pays d’emblée comme des réfugiés
Depuis octobre 2013, le HCR reconnaît la quasi-totalité des Syriens qui quittent le pays d’emblée comme des réfugiés, qu’ils aient obtenu le statut ou non : les opposants, les activistes, les civils, les journalistes, les Kurdes, tous les groupes religieux sans exception. Les seules personnes à ne pas être considérées comme des réfugiés sont celles qui ont participé à des violences – attaques, viols, prises d’otage.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Charlottesville: c'est (encore) la faute à Poutine

Paul Jorion - Le temps qu'il fait le 18 août 2017 : La dernière bataille de la Guerre de Sécession