jeudi 17 septembre 2015

Syrie: Damas confirme le droit des Russes à des frappes aériennes contre l'EI en Syrie

F170915

10:15 -
"Puisque nous combattons le même ennemi, pourquoi les Américains auraient le droit de frapper ISIS et pas les Russes? C'est pourquoi la Russie a le droit de procéder à des frappes aériennes contre les militants de l'Etat islamique en Syrie" a déclaré l'ambassadeur de la Syrie à l'ONU, Bachar Jaafar, rapporte Sputniknews.

~~~~~~~~~~~~~~~~
La Syrie dit que la Russie a le droit de combattre l'État islamique

Sputniknews, le 17 Septembre 2015

Traduction, titre et inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 17 Septembre 2015


___________***__________ 
L'ambassadeur de la Syrie à l'ONU, a déclaré mercredi que la Russie avait le droit de procéder à des frappes aériennes contre les militants de l'Etat islamique dans son pays.
 Pourquoi les Américains et pas les Russes?
"Pourquoi, alors que les Américains frappent ISIS avec leurs avions de chasse, les Russes devrait en être interdit ?", a déclaré l'ambassadeur Bachar Jaafari à un petit groupe de journalistes, "Est-ce judicieux? Ca n'a pas de sens ".
nous combattons le même ennemi
"Après tout, nous combattons le même ennemi," a-t-il ajouté. 
L'émissaire syrien a également déclaré que l'assistance militaire de la Russie à Damas se faisait dans le cadre de la coopération de défense de longue date entre les deux pays.

Le 15 Septembre, la Maison Blanche a averti que la Russie pourrait faire face à un plus grand isolement international si elle continuait à soutenir le président syrien Bashar Assad.

"Dans le cas de non-adhésion de la Russie à la lutte de la coalition internationale contre l'État islamique, le pays est susceptible de tomber dans un isolement encore plus grand», a déclaré le secrétaire de la Maison Blanche Josh Earnest.

"Dans ce cas, en continuant de soutenir Assad, la Russie effectuerait des tâches opposées aux actions de la coalition antiterroriste" a-t-il ajouté.

A Moscou, le porte-parole du président Vladimir Poutine Dmitri Peskov a répondu en disant que la Russie a soutenu Assad comme la force politique la plus viable dans la région alors que la coalition antiterroriste menée par les USA n'avait pas encore fourni une explication claire sur la meilleure façon de mettre fin à la guerre en Syrie.

Dans un échange téléphonique avec son homologue russe Sergueï Lavrov, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a clairement indiqué que «le soutien continu de la Russie pour [le président syrien Bachar al-Assad] risque d'exacerber le conflit et saper notre objectif commun de lutter contre l'extrémisme. "

Il a ajouté que le gouvernement syrien ne serait jamais un partenaire dans la lutte de la coalition contre l'État islamique.

Sergueï Lavrov, pour sa part, a souligné la nécessité qu'un front uni soit mis en place pour lutter contre les groupes terroristes agissant en Syrie.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~