€CALYPSE NEWS

lundi 7 septembre 2015

France: " Si je ne m'attache qu'au droit d'asile, nous en aurons 60.000 en 2015"

G070915

11:30 - 
"La France n'est pas dans la même situation que l'Allemagne. L'Allemagne pense qu'elle aura 800.000 personnes. Si je ne m'attache qu'au droit d'asile, nous en aurons 60.000 en 2015" a déclaré François Hollande lors de sa conférence de presse à l'Elysée, rapporte Le Figaro.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Conférence de presse de François Hollande
Par , Le Figaro, le 7 Septembre 2015
Inter-titres Le Figaro.
_________***__________ 

"Il me revient de répondre à l'urgence"
"Il nous revient et il me revient de répondre à l'urgence. De faire des choix, ceux qui compteront pour le jugement de l'histoire mais des choix également qui doivent dessiner notre avenir", annonce François Hollande. 
"En cette rentrée il y a des images, des événements, des situations qui frappent à la porte de nos consciences. Il y a d'abord l'héroïsme de passagers d'un train d'Amsterdam à Paris, qui maîtrisent un terroriste prêt à tout. Le patrimoine de l'humanité qui est détruit à Palmyre. Des réfugiés par milliers sur les routes d'Europe. Un enfant sans vie, le visage posé sur le sable d'une plage turque. Symbole des 3 000 naufragés qui ont trouvé la mort au bout de leur chemin depuis le début de l'année."

La France va accueillir 24.000 réfugiés d'ici deux ans
«Depuis le début de l'année, 350 000 personnes ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l'Europe. C'est beaucoup, trois fois plus que l'année dernière. Cette crise doit être réglée, elle le sera avec le concours de la France.
"Face à ces drames j'ai proposé un mécanisme permanent et obligatoire d'accueil des réfugiés avec une répartition entre les pays. Pour la France, cela représentera 24 000 réfugiés à accueillir et nous le ferons."
"Nous devons agir avec les pays d'origine et de transit" 
"Nous devons agir avec les pays d'origine et de transit, si nous voulons éviter l'exode, l'enjeu est de fournir une aide humanitaire à tous ses pays. Il faut élaborer une politique de co-développement. Ce sera l'objet du sommet de La Valette le 11 novembre prochain, la France fera des propositions. L'immigration est une question qui touche les pays du sud et non pas les pays du nord comme on le fait croire", explique le président de la République. "Depuis plusieurs semaines la France et l'Allemagne préparent un plan global. Il sera soumis au conseil des ministres de l'intérieur le 14 septembre prochain".
"Nous ferons la proposition d'une conférence internationale pour les réfugiés. Nous serons prêts à l'accueillir à Paris", ajoute-t-il.

Pour 2016, Hollande promet deux milliards de baisse d'impôts
Plus de deux milliards d’euros seront consacrés à la baisse des impôts en 2016, annonce François Hollande. Selon lui, huit millions de foyers seront concernés.
"Face au terrorisme la France a toujours pris ses responsabilités" 
"Face au terrorisme la France a toujours pris ses responsabilités, on l’a montré au Mali, plus largement au Sahel pour lutter contre Boko Haram, nous l’avons montré dans d’autres circonstances en Centrafrique pour éviter un bain de sang. Et lorsqu’il s’est agi de faire des frappes en Syrie la France était prête. Pour l’Irak quand il fallait faire une coalition nous l’avons fait, aujourd’hui en Syrie nous voulons savoir ce qui se prépare contre nous et ce qui fait contre la population syrienne aussi ai-je décidé qu’il y aura dès demains des vols de reconnaissance en lien avec la coalition."
"Rien ne doit être fait pour maintenir Bachar el-Assad" 
"La France travaille pour que des solutions politiques soient trouvées en Syrie. Nous devons parler avec tous les pays qui peuvent favoriser une transition politique. Cette transition est nécessaire. Rien ne doit être fait pour consolider la position de Bachar el-Assad."
 "Il serait inconséquent et irréaliste d’envoyer des troupes au sol" 
"Face au terrorisme la France a toujours pris ses responsabilités. On l’a montré au Mali, plus largement au Sahel pour lutter contre Boko Haram. Nous l’avons montré dans d’autres circonstances en Centrafrique pour éviter un bain de sang. Et lorsqu’il s’est agi de faire des frappes en Syrie la France était prête. Pour l’Irak quand il fallait faire une coalition nous l’avons fait, aujourd’hui en Syrie nous voulons savoir ce qui se prépare contre nous et ce qui fait contre la population syrienne aussi ai-je décidé qu’il y aura dès demains des vols de reconnaissance en lien avec la coalition."
  "Ensuite selon les informations, les renseignements, la reconnaissance, nous serons prêt à faire des frappes, certains nous disent qu’il faudrait attaquer au sol. Ceux-là qui étaient hostiles à toute intervention. Mais laissons ça, la question est posée. Je considère qu'il serait inconséquent et irréaliste d’envoyer des troupes au sol puisque nous serions les seuls. Inconséquent parce que cela transformerait une opération en force d’occupation, nous ne ferons pas d’opérations au sol."

Hollande souhaite des centres d'enregistrements pour les migrants
"Les Français sont un grand peuple forgé de générations qui parfois venaient de très loin", rappelle François Hollande. 
"Pour ceux qui sont déjà arrivés et relèvent du droit d'asile, il y aura ce mécanisme permanent et obligatoire", annonce-t-il. "Il faut des centres d’enregistrements pour permettre l’inscription et l’identification des arrivants."
En Ukraine, le processus de cessez-le-feu est amorcé 
« En février, avec le présidents ukrainiens, russe et Angela Merkel, nous avons conclu un accord pour un cessez-le-feu. Il y a eu des retards, des morts, mais le processus est amorcé. Le cessez-le-feu a presque été respecté, il y a encore eu des victimes. Le Parlement de Kiev a voté une loi constitutionnelle, des élections sont envisagées pour la fin de l'année. »
« Avec la chancelière et le président Porochenko nous avons eu une conversation avec Vladimir Poutine. Ainsi je proposerai qu'une réunion puisse se tenir à Paris avant l'assemblée générale des Nations unies, car les engagements de Minsk courent jusqu'à la fin de l'année »
 François Hollande justifie son refus d'utiliser le terme de "quota" 
"La France n'est pas dans la même situation que l'Allemagne. L'Allemagne pense qu'elle aura 800.000 personnes. Si je ne m'attache qu'au droit d'asile, nous en aurons 60.000 en 2015", distingue le président de la République.

François Hollande justifie par ailleurs le refus d'utiliser le terme de quota d'immigration: "J'ai refusé le terme de quotas car il vehiculait de l'ambiguïté. Le seul chgt c'est que c'est obligatoire."
"A terme Bachar el-Assad doit partir"
"Bachar el-Assad, c’est lui qui est responsable de la situation en Syrie, c’est lui qui a tiré sur son peuple, c’est lui qui a bombardé des civils, c’est lui qui a utilisé des armes chimiques. Depuis trois ans, cette question sur ce qu’il peut faire est posée, nous l’avons toujours dit, le maintien de Bachar El Assad n'est pas possible. La solution ne passe pas par Bachar el-Assad, à terme il doit partir "
"Quand j'entends certains dire que « c'est le moins pire »… C'est toujours la même histoire avec les dictateurs. Comment voulez-vous qu'un Syrien qui a vu sa famille massacrée puisse revenir à la table des négociations avec Bachar Al-Assad" . 
"La Russie est un allié du régime syrien. Cela ne veut pas dire que la Russie est un allié indéfectible de Bachar Al-Assad. La Russie veut elle aussi trouver une solution. Ce qui se produit en Syrie a des conséquences majeures au Liban. Lors de l'Assemblée générale des Nations unies, il y aura une conférence internationale de soutien pour le Liban. J'irai au Liban pour aller dans un camp de réfugiés pour voir comment aider les autorités.
"La France souhaite que le Royaume-Uni reste dans l'UE" 
"La France souhaite que le Royaume-Uni reste dans l'Union européenne, déclare François Hollande. Ce ne serait pas son intérêt sur le plan économique. Le premier ministre britannique souhaite une discussion. Si la discussion porte sur les principes fondamentaux de l'UE nous ne voulons pas de modification des traités !"
 François Hollande vise 1,5% de croissance en 2016
"La croissance reprend, pas suffisamment, mais nous aurons certainement un peu plus de 1% de croissance cette année", estime François Hollande. "La croissance pourrait être de 1.5% l'année prochaine, c'est un objectif raisonnable."
"Il faut un pré-accord sur la question du financement" pour le climat
« Toutes les contributions ne sont pas encore arrivées, or c'est sur la question du financement que tout va se jouer. Nous devons arriver à 100 milliards de dollars en 2020. Il faut un pré-accord sur la question du financement à Lima, où se déroule une conférence en octobre."
« Si on ne concluait pas un accord sur le climat, si aucune mesure substantielle n’est prise mais alors ce n’est pas des centaines de réfugiés auquel nous devrons faire face ce seront des millions ».
 "Nous devons permettre aux Français déjà sollicités d'avoir désormais une baisse d'impôts"
« Mon prédécesseur avait fait voter une augmentation de la TVA. Cela nous permettait d'avoir 11 milliards d'euros de recettes. Cette mesure n’était pas appliquée. Nous aurions pu le faire, mais j'avais pris l'engagement de ne pas faire porter l'effort sur tous les Français avec la TVA »
 « Nous devons permettre aux Français déjà sollicités d'avoir désormais une baisse d'impôts. Nous voulions diminuer les cotisations sociales mais le Conseil constitutionnel ne l'a pas validé. J'ai préféré choisir les baisses d'impôt sur le revenu ».
Hollande maintient le doute sur sa candidature à la présidentielle
François Hollande annonce qu'il ne fera pas sa déclaration de candidature aujourd'hui. 
Le président est cependant revenu sur sa promesse d'inverser la courbe du chômage. "Je me suis engagé sur le chômage car c'était l'enjeu de 2012. Ce que les Français demandent c'est des résultats, pas d'excuses", rappelle-t-il. "Je veux que la France réussisse, et la France de 2017 sera celle qu'on aura construite."

"On est toujours jugé par ses enfants et petits enfant. Donc faisons en sorte d'être à la hauteur", conclut-il sur ce sujet.
 "Faire le meilleur choix pour l’avenir de la région"
« Les élections régionales de 2004 ont été un triomphe, cela ne nous a pas empêché de perdre les élections présidentielles. Ainsi, ce que je demande aux Français aux élections régionales, c'est de faire le meilleur choix pour l’avenir de la région »
Redevance audiovisuelle: Hollande s'oppose à un élargissement
"Je ne suis pas favorable à l’élargissement de l’assiette de la redevance télé aux objets connectés", déclare François Hollande. "Des réflexions sont engagées, il y a des pistes et nous aurons à fixer nos décisions."
Hollande annonce un projet de loi contre les discriminations
 
"Il y aura un projet de loi pour la lutte contre les discriminations et plus largement pour l'égalité", promet le président de la République.
L'objectif sera d'améliorer "tout ce qui peut permettre aux citoyens de mieux vivre ensemble". Seront concernés: les transports, le sport et le travail.
 "La seule préoccupation que j’ai c’est d’agir"
 
"La seule préoccupation que j’ai c’est d’agir. Après quand l’échéance sera proche il y aura des décisions à prendre. Je veux vous dire aussi que ce n’est pas une obsession comme vous pouvez l’imaginer. Je suis président de la République il me reste encore deux ans, je veux que cette période soit accompagnée d’actes, de décisions."

"Nous avons fait des réformes qui n'ont jamais été faites, celle du coût du travail, celle du code du travail, la transition énergétique, jamais elle n'avait été menée avec une telle obstination.
"La durée légale du travail ne changera pas"
 
La durée légale du travail, fixée à 35 heures hebdomadaires, "ne changera pas" d'ici la fin du quinquennat, a réaffirmé François Hollande.
"La durée légale de travail ne changera pas, c'est la durée légale de travail. Ensuite qu'il y ait des négociations sur l'application de cette durée légale, c'est déjà possible, beaucoup d'entreprises d'ailleurs s'y sont engagées (...) mais cela se fait dans le cadre des lois qui valent pour tous et les garanties fondamentales", a ajouté le chef de l'Etat lors de sa 6e conférence de presse.
 "L’Etat a fait son devoir"
 
"Le pacte de responsabilité va jusqu’en 2017 et donc l’évaluation peut se faire dès fin 2015. Cela permettra de faire des choix pour la suite. Mais pour 2016, il y a l’application de ce qui avait été promis, voté, décidé. Pour ce qui concerne les économies à faire, puisque nous avons été amenés à en faire, l’Etat a fait son devoir, il a baissé ses dépenses."
"La dispersion, c’est la disparition. Ça vaut pour tous les partis"
 
"Je ne suis pas un dirigeant de parti, mais le chef de l'État. J'ai voulu convaincre la gauche qu'elle pouvait gouverner", explique François Hollande après la publication du livre Le stage est fini de Françoise Fressoz. On apprend dans cet ouvrage qu'il aurait critiqué le manque de maturité de la gauche depuis le début de son quinquennat.

"La dispersion c’est la disparition, ça vaut pour tous les partis", s'inquiète encore le président. Si nous n'affrontons pas ceux qui veulent diviser et exclure, nous n'aurons à aucun moment pris notre responsabilité", ajoute-t-il. "Mon camp, c'est celui de la France. Quand elle est à la hauteur, elle gagne toujours à la fin."
 François Hollande ouvre les portes du gouvernement aux écologistes
 
"Les écologistes sont les bienvenus au gouvernement. Tous ceux qui veulent travailler dans notre équipe sont les bienvenus en respectant les règles définies", a indiqué le président.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Accord irano-US : il est probable que Trump joue une nouvelle fois la comédie pour apaiser ses alliés israéliens et saoudiens

Donald Trump et l'accord nucléaire avec l'Iran «  Donald Trump … n’a pas cessé de tenir un discours violemment anti-iranien ...