mercredi 9 septembre 2015

France: "que des réfugiés chrétiens car ils ne décapitent pas leur patron"

H090915

12:20 -
" «Après l'étoile jaune, il faudrait le croissant vert!» s'exclame le président socialiste de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, en réaction aux maires qui veulent trier les réfugiés en fonction de leur religion au prétexte que les chrétiens ne décapitent pas leur patron" rapporte Le Figaro.

~~~~~~~~~~~~~~
Bartolone contre le «tri» religieux des réfugiés : «Après l'étoile jaune, le croissant vert !»

Tristan Quinault Maupoil pour Le Figaro, le 9 Septembre 2015

Inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 9 Septembre 2015


________***__________

Des maires les Républicains (LR) acceptent de recevoir des réfugiés mais à la seule condition qu'ils soient chrétiens. Le président socialiste de l'Assemblée nationale monte au créneau.
  je n'ai jamais vu de chrétiens décapiter leur patron
Accueillir une famille de réfugiés? Oui «à la condition expresse que ce soit une famille chrétienne (car) je n'ai jamais vu de chrétiens décapiter leur patron». Maire de Charvieu-Chavagneux (Isère), Gérard Dezempte (ex-UMP) est le dernier exemple en date de ces édiles qui veulent effectuer un tri des réfugiés en fonction de leur religion.
 Après l'étoile jaune, il faudrait le croissant vert!
Une idée que ne supporte pas Claude Bartolone, le président socialiste de l'Assemblée nationale invité mercredi de France Bleu 107.1: «Après l'étoile jaune, il faudrait le croissant vert!». «Jacques Barrot réveille toi, ils sont devenus fous!», a-t-il ajouté, référence à l'ancien ministre UMP, décédé en 2014 et connu pour ses positions modérées. Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, Claude Bartolone parle encore «d'un tri sélectif honteux».
 Valls s'était érigé contre l'idée d'une telle différenciation
Dès mardi soir, le premier ministre Manuel Valls s'était érigé contre l'idée d'une telle différenciation. «On ne trie pas en fonction de la religion. Le droit d'asile, c'est un droit universel». Le jour même, c'est Damien Meslot, le maire les Républicains (LR) de Belfort qui disait réfléchir «à l'accueil de familles de chrétiens syriens et de chrétiens d'Irak».
 Je ne fais pas de tri, je choisis d'accueillir ceux qui sont le plus persécutés
«Je ne fais pas de tri, je choisis d'accueillir ceux qui sont le plus persécutés: quand on est chrétien en Syrie ou en Irak, on risque la mort», se justifiait l'élu. Le maire de Roanne, Yves Nicolin (LR) tenait lui aussi des propos semblables.
 C'est la négation des enseignements de l'Eglise et du principe de laïcité
A droite aussi, le choix de ces élus irrite. François Grosdidier, le sénateur-maire de Woippy se dit «atterré» dans un communiqué. «C'est la négation à la fois des enseignements de l'Eglise rappelés par le pape François, et du principe de laïcité ainsi que de toutes les lois de la République», écrit le parlementaire.
  notre propre régression intellectuelle, morale et politique
Qui dresse une mise en garde: «Veillons à ce que la barbarie ne gagne la France, non par la migration comme le redoutent certains, mais par notre propre régression intellectuelle, morale et politique».
~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Perpétuer le "cercle vicieux" des tensions

« La Corée du Sud et les Etats-Unis ont entamé aujourd'hui leurs exercices militaires conjoints, le président sud-coréen Moon Jae-I...