samedi 29 août 2015

Hongrie: une clôture pour rassurer les Charlie, par pour bloquer les migrants.

I290815

21:15 -
« Nous ne craignons ni la police hongroise, ni la clôture. Ce n’est rien, comparé à ce que nous avons traversé en Syrie, dit-elle. Notre pays a été détruit, nous avons connu quotidiennement les bombes, les assassinats, le sang et les morts ». a ainsi expliqué à l’AFP Nasreen, une Syrienne âgée de 29 ans.

~~~~~~~~~~~~~~
Le mur anti-migrants achevé entre la Hongrie et la Serbie

Le Monde avec AFP, le 29 Août 2015

Inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 29 Août 2015


__________***________

La Hongrie a achevé samedi 29 août la pose de la clôture de fils de fer barbelés destinée à empêcher les milliers l’entrée des milliers de migrants qui se pressent à sa frontière avec la Serbie.
 . Une palissade de quatre mètres de haut doit ensuite être construite
« La première partie de la clôture frontalière a été achevée deux jours avant la date fixée au 31 août », a indiqué le ministère de la défense. Une palissade de quatre mètres de haut doit ensuite être construite sur les 175 kilomètres de frontière.
  depuis janvier, 140 000 personnes ont traversé
Au cours de la seule journée de mercredi, 3 000 personnes, dont 700 enfants, ont franchi la frontière hongroise, d’après les registres des autorités hongroises. Un record. La moyenne quotidienne se situait seulement quelques jours plus tôt entre 1 000 et 1 500 passages, ce qui constituait déjà une grosse progression par rapport aux 250 à 500 personnes enregistrées depuis le début de l’année. En tout, depuis janvier, 140 000 personnes ont traversé.
  Nous ne craignons ni la police hongroise, ni la clôture
Des migrants, pour une grande part issus de Syrie, qui ne semblent pas craindre la mise en place de la barrière. « Nous ne craignons ni la police hongroise, ni la clôture », a ainsi expliqué à l’AFP Nasreen, une Syrienne âgée de 29 ans.
 Ce n’est rien, comparé à ce que nous avons traversé en Syrie
« Ce n’est rien, comparé à ce que nous avons traversé en Syrie, dit-elle. Notre pays a été détruit, nous avons connu quotidiennement les bombes, les assassinats, le sang et les morts ».
  les tiges de mesure laissées négligemment par les troupes hongroises
Beaucoup de migrants utilisent les tiges de mesure laissées négligemment par les troupes hongroises comme leviers pour soulever la partie inférieure de la clôture, ce qui est bien plus sûr que de se frayer un chemin à travers les barbelés à l’aspect menaçant.
Mais pour protéger sa frontière, le premier ministre de Viktor Orban a décidé d’envoyer à partir du 5 septembre un renfort de 2 000 policiers, en appui des 1 000 agents déjà en poste. Le gouvernement de Viktor Orban a même laissé entendre, via un membre de son parti, le Fidesz, qu’il se laissait la possibilité d’« avoir la possibilité de recourir à l’armée pour des tâches liées à la défense de la frontière et aux migrations ».
~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La décision du président Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat juif n’a pas mis le feu aux poudres

« … la décision du président Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat juif n’a pas mis le feu aux poudres […]. Il a fait c...